Clos Modagor contre le reste du monde

Au restaurant Mazerand à Lattes (Hérault)

René Barbier est le vigneron qui dans les années 90, a su conférer au Priorat une reconnaissance mondiale et qui a permis à cette région située sur les collines sauvages au-dessus de Tarragona, de devenir l’un des vignobles les plus prestigieux d’Espagne. Son Clos Mogador est aujourd’hui un des vins les plus recherché par les amateurs. C’est un assemblage spectaculaire de vieux grenache (près de 80 ans) de carignan, syrah et un peu de cabernet. 

Voici une confrontation amicale sur 4 millésimes, entre le fameux vin de René barbier et quelques autres grands vins de France. Les vins n’ont pas été carafés mais ouverts la veille et maintenu dans un endroit frais. Ils ont été dégustés à l’aveugle, en verre Spiegelhau « Expert » par deux de la même année, dans l’ordre suivant :

2006
Domaine Gauby « Muntada » – Côtes du Roussillon Villages 
Clos Mogador 
Le premier présente une robe d’un rouge grenat tendre et brillante tandis que l’Espagnol est intense, obscur et légèrement trouble. La « Muntada » offre un nez fruité assez puissant de garrigues et d’épices et de fruits noirs. L’élevage y est détectable mais soutenu par un fruit superbe et des notes animales nobles. Le Priorat, plus concentré, épicé, boisé, cacaoté, présente un nez sauvage et solaire. C’est en bouche que le vin de Gérard Gauby prend toute sa place. Gourmand, rond, il exprime ses saveurs fraîches de cerises et de poivre, finissant par une ambiance de sous-bois et de minéral. La longueur est remarquable.
Léger avantage au Clos Mogador.

2000
Clos Mogador 
Château Rayas – Châteauneuf-du-Pape 
Entre les deux grenaches la différence de couleur de robe est frappante: Le Priorat est foncé, dense, presque noir, le Rhodanien est incroyablement pâle aux reflets cerise. C’est un festival de parfum pour les deux bouquets en présence: épices poivrées, pruneaux, viande grillée, cacao, laurier au sud des Pyrénées, tandis que le Châteauneuf est extrêmement fruité et élégant avec ses doux parfums de griottes, de fleurs séchées, de réglisse douce, de litchi, d’arabica… Quand le vin entre en bouche c’est un bonheur avec le vin de René Barbier, il est rond, intensément fruité, très mûr mais frais, épicé, aux tanins doux mais puissants, d’une grande élégance et fraîcheur continue, et d’une sérénissime longueur. Rayas quant à lui attaque en rondeur, franche finesse et vivacité, ses tannins gourmands et précis, sa belle souplesse d’acrobate et sa couleur aromatique élégante en font un vin impressionniste !
Avantage sensible au Clos Mogador

2004
Château Montrose – Saint-Estèphe 
Clos Mogador 
Cette fois-ci les deux robes sont comparables par leur intensité et leurs couleurs rubis-pourpre foncé, mais la ressemblance s’arrête là. Tandis que la race du Bordeaux se détecte dans son riche bouquet animal, souligné de cassis confituré, de torréfaction, de chêne, de terres humides, le nez du Mogador est plus solaire et méditerranéen. Il exhalant de formidables senteurs d’épices, de tomates confites, de caramel, d’amandes grillées, de soupe de fruit. En bouche, Montrose est peu souriant, droit dans ses bottes, il reste sur une position austère. C’est indubitablement le classicisme des grands crus médocains. Moyennement corsé, il reste d’une impressionnante concentration.
C’est l’opposé avec le Priorat, la bouche se révèle savoureuse et gourmande, joliment parfumée de parfums ensoleillés, de safran, de myrtilles, de cacao, la finale est fraîche, le vin est long, un vrai Bonheur !!!
Avantage au Clos Mogador

2005
Maison Joseph Drouhin – Grand cru Musigny 
Clos Mogador 
Pas de comparaison possible avec les deux robes en présence, la première, celle du Bourgogne, est claire, couleur cerise parfaitement limpide, la seconde et toujours aussi dense et atramentaire. Le bouquet du Musigny est un enchantement, il s’ouvre comme un rayon de soleil sur une prairie de printemps, toute en fraîcheur et fruitée, l’herbe coupée, les fleurs blanches, les framboises sauvages les épices douces se révèlent par paliers successifs. Grand millésime en Espagne également le Mogador 2005 est franchement riche et solaire, concentré et fruité, exprimant le boisé, la viande grillée, des arômes culinaires un peu lourds. En bouche, le charme du Joseph Drouhin, persiste et signe, justesse de l’équilibre, élégance des parfums, gourmandise des saveurs, finesse des tannins, longueur impressionnante, c’est un sans faute… Un grand cru vraiment superbe !
Clos Mogador n’est pas en reste mais après la perfection du Musigny, il semble comme un petit enfant ! son attaque en puissance, sa rondeur, son hédonisme ne peuvent que « défendre les buts ». Grand vin tout de même!
Avantage superbe au Musigny de Drouhin

Les vins préférés des dégustateurs :

  1. Musigny 2005
  2. Rayas 2000
  3. Mogador 2000

Le dîner qui a suivi a proposé aux participants ravis un menu conçu spécialement et signé Jacques Mazerand.

« Magret de Canard aux pêches »
Clos Mogador « Nelin » 2009 – Priorat (blanc)
Scala Dei 2000 – Priorat (rouge)

« Moelleux au cœur coulant de chocolat  »
Bodegas Castano – Monastrell « dulce » 2006 – Yecla (doux)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s