Quand Chateauneuf du Pape affronte le Priorat !

Ce sont deux superbes vignobles généreux où les rouges règnent en maître par la forte complicité du très méditerranéen grenache noir, deux terroirs 100% sudistes.
– Châteauneuf-du-Pape : 3200 ha de galets roulés battus par le mistral et le soleil de la Vallée du Rhône méridionale.
– Priorat : 1600 ha en terrasses de « llicorela » (schistes ardoisiers), rafraîchies par la « garbinada » (vent humide de la mer) dans le sud de la Catalogne espagnole.

Grand Match / Chateauneuf-du-Pape  /  Priorat

La dégustation a porté sur 4 millésimes, 2010, 2007, 2001, 1999.
Les vins ont été dégustés à l’aveugle, deux par deux du même millésime, dans l’ordre suivant :

Grand Match / Chateauneuf-du-Pape  /  Priorat

2010  Priorat – Clos del Portal  « Negre de negres »                                      ***(*)
2010  Châteauneuf du Pape – Domaine L’Or de Line « Paule Courtil »           ***
          La série débute par deux robes superbes au rubis profond et brillant. Le vin catalan propose un nez riche, intense, bien détaillé de fruits noirs, de réglisse, cuir, tabac et épices culinaires, tandis que celui du Châteauneuf joue sur le registre très mûr de cacao, de gelée de framboise, et de steak. En bouche, l’espagnol attaque en rondeur, mais conserve fraîcheur et fruité remarquables, pour finir par des tannins fins et fondus, très agréables sur une belle persistance.  Le Français semble plus massif et chaleureux, aux notes  de terreau et de champignons frais, il semble encore très jeune et se prête moins bien au calcul des caudalies.
2010 : Avantage Priorat 

2007 – Châteauneuf du Pape – Domaine Charvin                                     ***(*)
2007 – Priorat – Vall Llach « Idus »                                                               ****
           Alors que le Chateauneuf présente une couleur moyennement sombre, le catalan est foncé, encore bleuté. Le nez du premier est superbe par un joli fruité de cerise, de fleurs épanouies, de figue fraîche. Le Priorat est puissant, concentré, juteux, cacaoté et torréfié, fruit d’un élevage de qualité évidente. Les deux bouches sont très différentes.  Elle est ronde, riche, tendue, par des tannins fermes, présentant une réelle finesse et élégance florale pour le vin du Vaucluse; Concentrée, soyeuse, gourmande, élégante et très longue pour le « negre » ibérique.
2007 : Avantage Priorat

2001 – Châteauneuf du Pape – Châtau La Nerthe                                    ***
2001 – Priorat – Mas Plantadela « Garnatxa »                                             **(*)  
          Avec 12 ans d’existence, les robes sont étonnement évoluées pour les deux protagonistes, surtout le Priorat servi en deuxième position. Avec des parfums manquant de netteté, le bouquet du premier est tertiaire, sur le jus de viande, les pruneaux cuits, l’olive confite. Le « garnatxa » est moins intense, lui aussi un peu réduit et simple. En bouche, le vin provençal recouvre une certaine jeunesse, souple, marqué par la fraîcheur et l’élégance. Il est mieux apprécié et finit un peu court mais très agréablement. La bouche du catalan est ronde, très savoureuse, un peu simple et abrupte. Il semble être en fin de maturité.
2001 : Avantage ChateauneufGrand Match / Chateauneuf-du-Pape  /  Priorat

1999 – Priorat – Alvaro Palacios « les Terrasses »                                         ****(*)
1999 – Châteauneuf du Pape – Château de Beaucastel                              ****(*)  
C’est le duel des titans !  Avec deux des meilleures caves sur un beau millésime épanoui. Le nez des « terrasses » est incroyable puissant complexe, frais, concentré, élégant par ses notes de mûres sauvages, de poivre vert, de lavande, de confitures de fraises, de havane, de menthol… En bouche, il explose littéralement par un festival aromatique. Les tanins sont savoureux  et, fait intéressant, on détecte des notes de Chartreuse verte ! * La longueur est superbe, c’est  un vin hédoniste, spectaculaire et racé, comme on les aime.
Beaucastel est élégant, plus réservé, plus classique aussi. Il ne cherche pas l’épate comme sons collègue du Sud, mais préfère une certaine droiture, sérénité dans la concentration, la matière élégante, équilibrée. Très long (15 caudalies), c’est un hymne au terroir castelpapal et aux 13 cépages qui le composent.
Sur ces deux vins, les avis partagent, quant aux préférences, mais je donne personnellement l’avantage à la Provence.
1999 : Avantage Chateauneuf

 Les vins préférés des dégustateurs du soir : 1er Palacios, 2e Vall Llach, 3e Beaucastel, 4e L’Or de Line

Grand Match / Chateauneuf-du-Pape  /  Priorat

1lustau

Avec le repas du « Bistrot d’Ariane » :

Rumsteack  Hereford sauce au poivre
2009 Priorat – Celler Scala Dei  « Prior »                   ****
2009 Châteauneuf du Pape – Domaine Cristia « Renaissance »   ***

Une mousse chocolat blanc et fruit de la passion
Xerès  –  Emilio Lustau  –  Moscatel « Emilin »  solera reserva       ****

Merci à tous,
Daniel Roche

* Le nom Priorat signifie « prieuré », en rapport à celui fondé par les moines Chartreux au XIIIe à la « Escala Dei » au cœur de l’aire viticole actuelle.

Photos de Marc Touchat et Igor Gourevitch

Au Bistrot d’Ariane à Lattes (Hérault)

Barème des notes : – vin défaillant, * vin moyen, décevant, ** bon vin, correct, *** très bon vin, **** vin excellent, de haut niveau, ***** vin exceptionnel, magnifique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s