L’avis de Daniel sur… 30 millésimes de Mas Daumas Gassac rouge

 

vertic.DG

Commentaires de dégustation par Daniel Roche de la quasi intégralité des millésimes du Mas Daumas Gassac rouge de 1979 à 2012  qui s’est déroulé le dimanche 23 février 2014, dans la salle du domaine à Aniane. Cinq millésimes n’ont pas été proposés, jugés trop faibles par les organisateurs.

vertic.DG4Rappelons que le Mas Daumas Gassac est classé IGP. Le rouge est composé d’environ 75 % de cabernet sauvignon et d’une proportion variable d’autres cépages comme le merlot, cabernet franc, syrah, tannat, pinot noir, nebbiolo, barbera… La vinification est classique de style médocain, l’élevage dure de 12 à 15 mois en fûts de chêne âgés de 1 à 7ans. Les rendements avoisinent les 35 hl/ha. La production annuelle varie entre 120 000 et 150 000 bts.
1978 est le premier millésime produit par Aimé Guibert, aujourd’hui remplacé par ses fils aînés : Roman, Samuel et Gaël Guibert.

vertic.DG3Mas Daumas Gassac rouge

2012   (mise très récente) Rubis intense, beaucoup de fruit, épicé, violette, rond en bouche, dynamique, élégant, frais… Vraiment délicieux.  * * * *

2011   Robe rubis profonde, nez intense de fruits rouges frais, cerises, bouche ronde, épicées, énergique, tanins présents   élégants et fins.  * * * (*)

2010   Intense, fruits noirs, cacao, introverti mais équilibré, puissant, tanins rigoureux et fins, beau fruité et très savoureux en finale, long.  * * * *

2009   Joli fruit, floral, tilleul, épices douces, bouche tendue, droite, solaire bien équilibrée, belle longueur.  * * * (*)

2008   Rubis profond, nez fermé, expression difficile, austère, frais, amertume en finale, devrait se faire.  * * *

2007   Arômes retenus, fruits noirs, réglisse, amandes grillées, expression pure, fraîche, tannique, très long.  * * * * (*)

2006  Nez discret, élégant, subtil, léger fruité et floral, bouche ronde, arômes de fruits noirs et grillé, tanins puissants, légèrement asséchant, équilibre chaotique mais long.  * * (*)

2005   Intense en robe comme au nez, fruits noirs et épices, bouche ronde, structure monumentale droite et précise, beau fruité, empyreumatique, finale très longue et ample.  * * * * (*)

2004   En finesse, fruits mûrs, légère oxydation, notes végétales, sous-bois, bouche souple, ronde et facile à boire. * * *

2003   Bouquet expressif, fruité, cacao torréfié, noyau de cerise, réglisse, belle complexité, rond et souple à l’attaque, évolue en élégance, grand séducteur, un peu chaud, long. * * * *

2002   Nez fin, réglissé, bouche ronde, élégante, équilibrée, belle matière, noble, frais, joyeux.  * * * *

2001   Elégantissime, fruité rouge, poivre Séchuan, bouche harmonieuse, très élégante et florale, fraîche, notes de framboise et de truffe, expressif, tanins fondus, très long.  * * * * *

2000   Intensité moyenne, joli fruité, terreau, sous-bois, rhum, bouche concentrée, précise, ronde, équilibrée, tanins présents et finale légèrement acerbe, belle persistance.  * * *

1998   Puissant, début d’évolution, léger animal, notes de fruits mûrs devenant puissant à l’aération, jus de viande, poivre, riche, solaire, se concentre au développement, « ristreto », notes d’eau-de-vie, riche, frais, très long.  * * * * (*)

1997   Nez fermé, besoin d’aération, fruits rouges, fraises cuites, cerises « mon chéri », riche, bouche souple, bonne structure et équilibre parfait, « style baroque », à boire.  * * * * (*)

1995   Nez développé, fruits noirs cacaotés, solaire, évolution en creux, finale un peu chaude, dure et asséchante. * *

1994   Superbe nez évolué, notes de cuir, sous-bois, mûres, notes truffées d’un « vieux Pomerol », mousse au chocolat, bouche intense, rigide, énergique, tanins puissants, finissant vifs et secs… Dommage !   * * (*)

1992   Légèrement évolué, élégant, fin, peu de caractère, bouche vive, souple, « light », bonne tenue mais trop simple.  * *

1991   Intense, noir, fumé, épice de garrigue, attaque ronde, souple, fruité noir, belle matière enrôbante, un peu chaud en finale mais long et gourmand.    * * *

vertic.DR:DG21990   Expressif, animal, automnal, sous-bois, rondeur dès l’attaque, riche, matière concentrée, équilibré et harmonieux, de la dentelle, très long, finale racée, magnifique.  * * * * *

1989   Bonne intensité, fruité étonnamment jeune, évolution, belle matière, concentré, profond, chaud.  * * * *

1988   Fruits confits, évolué sur les champignons, le chocolat noir, la terreau, bouche ronde, riche, évoluant, par palier, notes kirschées, superbe concentration et équilibre, encore jeune !   * * * * (*)

1987   Ouvert, cerises noires confites, chocolat, amandes grillées, gourmandise, bouche ronde, évoluée pleine d’énergie, beaucoup de fruit, structure simple et toujours délicieux.  * * * * (*)

1985   Magnifique bouquet, baies noires, finement grillé, sorbet fraise-chocolat, Havane, soyeux et rond en bouche, grande amplitude, fruit complexe, superbe naturel, longueur harmonieuse. Très grand.  * * * * *

1984    Très belle robe foncée, nez empyreumatique, herbes rôties, jus de viande, épices, bouche souple, ronde, élégante, tanins délicatement fondus, belle longueur.  * * * * (*)

1983    Nez charmeur, floral, petits fruits rouges, incroyablement peu évolué (le vin a 30 ans !), bouche puissante un peu dure et austère, manque de charme mais finit sur de longues notes de fruits mûrs agréables.  * * *

1982    Robe incroyable dense et pourpre, la dentelle en bouquet, fruité mûr, léger animal, poivre blanc, mentholé,belle rondeur à l’attaque, intensité, devenant chaotique,manque d’harmonie en milieu de bouche, long, la bouteille semble avoir perdu sa splendeur passée.  * * (*)

1981   Fruit noir, cacao, animal, bouche fraîche, riche, matière en demi-corps savoureux mais fini un peu maigre.  * * (*)

1980   Nez délicat et élégant, classique, fruité, mais peu complexe, bouche décevante, amaigrie, difficile.  * (*)

1979   Simple, typé Médoc, manque de netteté et d’équilibre, alcool, en demi-corps, ne semble plus tenir la distance.  *

vertic.DR:DG1

verticale Daumas gassac

Conclusion:

On est saisi par la continuité stylistique de Daumas Gassac : pureté, sincérité, maturité, équilibre, profondeur… La série exprime la grande classe du cabernet. le style Daumas  est vraiment unique, affirmant son opposition avec les autres vins du Languedoc.
Toutes les robes étaient superbes et tous les vins présentaient une bonne persistance aromatique. On remarque un passage en creux au milieu des années 90, les vins manquant de chair. Les années 2000 sont les années de fruit et de charme (sauf 2006). Les années dites « difficiles » sont étonnamment très agréables et savoureuses aujourd’hui. Le moment le plus émotionnel est sans doute la deuxième moitié des année 80, avec des vins riches, encore jeunes et fougueux.  Splendides il y a encore quelques années, les vins de plus de 30 ans semblent aujourd’hui sur la jante !
Dans tous les cas, les vins rouges du Mas Daumas Gassac demandent une approche studieuse mais se révèlent passionnant pour l’amateur.

Mes millésimes préférés ce jour sont 1985, 2001, 1998, 1990, 1997, 2005…

Les millésimes préférés de l’ensemble des 16 dégustateurs invités : 1988, 1998, 1985, 1982, 2010 et 1990

Merci à la famille Guibert et son équipe pour ce fabuleux voyage dans le temps de la vallée du Gassac.

Daniel Roche

 

vertic.roman Guibertvertic.guibert père et fils

« Guibert père et fils ! »

Le dimanche 23 février 2014, au Mas Daumas Gassac à Aniane (Hérault),

échelle de notation :
vin défaillant,
* vin moyen, décevant,
* * bon vin, correct,
* * * très bon vin,
* * * * vin excellent, de haut niveau,
* * * * * vin exceptionnel, magnifique

2 réflexions sur “L’avis de Daniel sur… 30 millésimes de Mas Daumas Gassac rouge

  1. Bonjour à vous, beau compte rendu. J’ai beaucoup de mal à comprendre mes divergences d’appréciation de Daumas avec ces verticales organisées par le domaine où le vin sort toujours bien… la quasi totalité des bouteilles que j’ai goûté sur 2007-2010 n’étaient pas au niveau… A n’y rien comprendre 🙂

    • Bonjour, On le sait, les vins récents de Daumas Gassac sont toujours assez difficiles d’approche, ils sont loin d’être conçus pour un plaisir immédiat, cela n’enlève rien à leur qualité gustative vraiment hors du commun. Ils est d’ailleurs conseillé de ne pas ouvrir un Daumas rouge avant 10 ou 15 ans. Nos palais (un peu initiés) doivent tenir compte de cet état de fait. Personnellement j’ai pris un grand plaisir dans l’exercice. Ces verticales sont uniques pour entrer dans le monde bien personnel des vins de la famille Guibert et qui 20/30 ans plus tard n’ont pas pris une ride. D.R.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s