Condrieu, le « Top 10 » millésime 2009

Jeudi 5 mai 2011 au Bistrot d’Ariane et vendredi 6 mai 2011 au Mazerand  à Lattes (Hérault)

    Une trentaine d’heureux membres du club a pu déguster dix des meilleurs vins de Condrieu, tous du millésime 2009, choisis arbitrairement et achetés au marché des vins d’Ampuis en janvier 2011, en voici quelques commentaires.
Les vins sont ici classés par ordre alphabétique, lors des deux soirées, ils ont été dégustés à l’aveugle dans un ordre totalement aléatoire et différent. (La note en étoile correspond à la meilleure des deux donnée pour chaque soirée).

Domaine Bernard « Bessenon »  
C’est la cuvée atypique de la série. Honnêtement il est difficile de reconnaître un Condrieu avec ce vin pâle et brillant aux reflets verts, aux nez expressifs de notes végétales de buis et fruités rappelant le cassis, tel un… Sauvignon de Loire ! Cependant la bouche montre un certain charme par sa fraîcheur, son équilibre, sa minéralité en finale. Dégusté en 8e et 9e position, il a certainement été le bienvenu sur les palais un tantinet fatigué des dégustateurs.

Domaine Boisseyt-Choll « Les Corbonnes »  
Grande finesse olfactive pour ce vin à l’aspect doré, parfaitement brillant et limpide. Les notes de pèches, d’abricots frais, de chèvrefeuille se succèdent tandis qu’en bouche, fraîcheur et rondeur s’harmonisent pour donner une belle et longue finale.

Domaine Yves Cuilleron « Les Chaillets »   
C’est un des vigneron star de l’appellation avec toujours la certitude d’un vin plus que remarquable. C’est le cas avec ces « Chaillets » élégants et fiers, riches, véritable porte-parole du viognier et du terroir granitique de l’appellation. Tout ici est superbe: la couleur brillante, le bouquet puissant et subtil, la bouche équilibrée et ample, le boisé maîtrisé et fin, la longueur admirable dépassant les 10 caudalies.

Domaine Pierre Gaillard   
Doué d’une belle présentation, ce vin charme immédiatement par son nez classique, élégant et séducteur, aux fragrances d’épices, d’abricot, de violettes. La bouche attaque sur la rondeur et les fruits mûrs, cependant elle a du mal à décoller et reste un peu lourde, manquant cruellement de relief.

Domaine Jean Michel Gérin « La Loye »  
On le sait, J. M. Gérin produit des Côtes-Rôties sublimes et généralement son Condrieu est un exemple de gourmandise et de fruité. Ici le nez engendre des notes de boisé assez soutenues et approximatives en termes de netteté, le fruit prend ensuite le dessus, expressif et hédoniste. En bouche, l’équilibre est acquis, mais l’ensemble manque un peu d’ampleur et la finale semble un peu « light » !

Maison E. Guigal  
Composée en majorité d’achat de raisin, la cuvée générique de la plus célèbre maison d’Ampuis, reste une valeur sûre. Pour témoin ces deux échantillons riches et gras, d’une belle complexité où l’on découvre les notes de pêches blanches, de tilleul, de frangipane et même de cerises blanches. La bouche présente un équilibre et une ampleur superbe et largement satisfaisante pour l’amateur. En fin, la persistance se permet de surprend à passer allègrement les 10 secondes… Que demande le peuple !

Domaine Mouton père & fils « Côte Bonette »   

Propriété d’une ancienne famille condriote, le domaine bien que mal connu du public porte haut les valeurs de l’appellation. Ici le vin a séduit les palais hédonistes les plus exigeants. Sur le registre opulent, le vin reste tout de même équilibré et frais, souligné il est vrai, par de belles nuances minérales et épicées. Bravo !

Domaine Niero « Cuvée de Chery »  
La parcelle de 0.8 hectares qui produit cette cuvée est une des plus belles et des mieux exposées de la zone. Chaque année, le vin charme les amateurs par son élégance, sa finesse, sa tendresse de fruits. Très souple et aimable, le vin séduit et repose le palais, on prend de ce fait plaisir à remplir à nouveau son verre.

Domaine Georges Vernay « Les Terrasses de l’Empire »  
On a certainement tout écrit sur la maison Vernay. Georges, le père visionnaire et fondateur de l’appellation, Christine sa fille, artiste de la vigne, intimidante et mystérieuse qui pousse ses fermentations jusqu’au bout de la perfection !
« Les Terrasses de l’Empire » est la cuvée cœur de gamme, droite, pure, sans artifice, puissante, mentholée, longue, tout acquise à l’élégance, 100% plaisir !

François Villard « De Poncins » 
Un gémissement de plaisir s’est échappé des lèvres de l’assemblée à deux reprises avec la « DePoncins » ! Superbe de franchise, d’élégance et d’harmonie, tout est ici réuni… Calme, luxe et volupté, on en redemande !

Merci à tous.

Classement des dégustateurs du jeudi 5 mai :

  1. Villard
  2. Cuilleron
  3. Niero
  4. Mouton
  5. Vernay

Classement des dégustateurs du vendredi 6 mai

  1. Villard
  2. Mouton
  3. Vernay
  4. Guigal
  5. Cuilleron

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s