Margaux et ses Grands Crus

Au Restaurant Mazerand à Lattes (34)

Hugh Johnson ne me contredira pas : “Margaux: village du Médoc produisant le plus élégant des Bordeaux…” (Guide des Vins 1996).
Ce n’est pas un hasard si Margaux est l’appellation qui possède le plus de grand nombre de crus classés et c’est toujours, pour l’amateur, un sublime et rare plaisir que de déguster les vins de ce célèbre cru.
Les bouteilles ont été aérées 12 heures à l’avance, dégustées à l’aveugle (sauf Margaux) en verre Spiegelhau Authentis N°1.

Château d’Arsac – cru bourgeois 2009  Trouver ce vin
Sa robe rubis violine ne trahit pas la jeunesse de ce vin qui développe un joli bouquet élégant, fruité et torréfié. Le vin est droit, crémeux, au joli fruité net, un peu simple en finale.

Château Pouget – 4e grand cru classé 2009  Trouver ce vin
La robe profonde rubis est suivie d’un nez puissant de viande grillée et fruits noirs, « souligné » de mine de crayon. La bouche expressive et ronde, évolue par un remarquable équilibre de jeunesse, vif et tannique. Une belle finale longue et réglissée nous laisse envisager un bel avenir.

Château Desmirail – 3e grand cru classé 2006  Trouver ce vin
Le grenat foncé de la robe ne peut être que bon présage avec un nez de petits fruits rouges, de cacao, de tabac et d’amandes grillées. Telle une ballerine, le vin révèle en bouche sa fraîcheur et sa souplesse bondissante. Le vin est savoureux, élégant précis et d’une bonne persistance.

Château Labégorce Zédé – cru bourgeois 2003  Trouver ce vin
Un nez charmeur de fruits rouges de vanille et d’épices prélude à une attaque ronde en bouche, suivi d’une belle texture soyeuse de tannins. Ce vin très gourmand serait superbe avec une finale un peu plus langoureuse.

Château Kirwan – 3e grand cru classé 2006  Trouver ce vin
Malgré une robe grenat assez évoluée, le vin offre un joli bouquet de fruits noirs, de cacao, de fraises cuisinées et de cuir jeune. Énergique, la bouche séduit par sa délicatesse, son joli grain, sa structure fraîche et son élégance aromatique.

Château Giscours – 3e grand cru classé 2003  Trouver ce vin
En préambule, le nez de cerises compotées, de havane, de moka se révèle une véritable gourmandise. La bouche persiste et signe avec une texture et un équilibre savoureux, une rondeur « à la Rubens » et une délicate et longue finale toute margalienne.

Château Giscours – 3e grand cru classé 1997  Trouver ce vin
Bel équilibre et finesse caractérisent ce vin au nez qui « poivronne » un peu. Mais sa bouche, souple, arrondie et fraîche est un gage d’attente à servir avec une jolie épaule d’agneau de 7 heures.

Château Prieuré-Lichine – 4e grand cru classé 1993  Trouver ce vin
Sa robe évoluée n’effraie pas le dégustateur… Il a raison car le bouquet est superbe, riche, chocolaté, fruité et délicatement grillé. Suit une bouche ronde, souple, fruitée, une élégance « en dentelle » comme une sonate du divin Mozart

Château Bel Air-Marquis d’Aligre 1986  Trouver ce vin
Sa couleur grenat pâle se reconnaît entre tous (les autres crus de Margaux), son nez presque « bourguignon » également, quant à sa bouche ronde fruitée, intense, souple, d’une grande fraîcheur, elle offre un réel plaisir qui n’a pas pour modèle les cabernets musclés et capitonnés de « l’avocat américain ».

Château Margaux – 1er grand cru classé 1981  Trouver ce vin
Ouvert quelques heures à l’avance, Margaux est dans nous verres… La robe reste intense d’un grenat pourpre, bordée de reflets noirs brunis. Le bouquet qui se dégage éveille déjà nos émotions, évoquant la sérénité, avec de douces notes de myrtilles, de violettes, de cuir Hermés, d’épices douces… « Luxe, calme et volupté » dirait-on dans d’autre contexte. La bouche est ronde d’un délicat fruité, admirable à 31 ans. D’une structure moyenne, il s’exprime sur la finesse, sans oublier une réelle profondeur. La longueur est épatante et l’on se félicite d’avoir acquis ce flacon à prix angélique dans au début des années 90.

Merci à tous,

Les vins préférés des dégustateurs (Château Margaux 1981 non dégusté à l’aveugle étant hors-concours) :

  1. Giscours 2003
  2. Prieuré-Lichine 1993
  3. Kirwan 2006
  4. Bel-Air Marquis d’A. 1986

Le repas :

  • Château Siran – cru bourgeois 2003 
  • Château Brane-Cantenac – 2e grand cru classé 2001 
  • Domaine Malarode « Quintescence » (Jurançon) 2005 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s