Stéphane Montez du Monteillet

Depuis 1741, les ancêtres de la famille Montez ont acquis, parcelle après parcelle, le Domaine du Monteillet. Ces neuf générations successives ont véhiculé un savoir-faire important, aujourd’hui transmis à Stéphane Montez qui, fort de ses deux années de travail dans différents vignobles du monde, possède une connaissance aiguë du caractère unique de son terroir.

Des 24 hectares de vigne surplombant le Rhône, Stéphane Montez vinifie, élève et commercialise des vins sur trois appellations : Condrieu (assemblage de petites parcelles éparpillées), Saint-Joseph (des vins généreux et gourmands) et Côte Rôtie (des rouges exubérants et charnus)…

montez1Nous avons pu nous procurer au domaine quasiment toutes les cuvées. C’est une chance de pouvoir les déguster ce soir. En voici quelques commentaires succincts

——— o ———

La dégustation :

Les Blancs :

     IGP Collines rhodaniennes « Les Hauts de Monteillet » 2014 **(*)

Assemblage de roussanne, viognier, cugnette, clairette, chardonnay et marsanne. Terroir granitique. Eraflage, fermentation malolactique sur lies en barriques de chênes. Bâtonnage une fois par mois. Élevage dix mois en barriques de chêne français.

     Jaune soutenu brillant, nez puissant, riche, notes de coings, abricots, prunes fraîches, bouche ronde, gourmande élégante, belle concentration.

montez3     IGP Collines rhodaniennes « Le Petit Viognier » 2014 ***
Terroir granitique. Eraflage, fermentation malolactique sur lies en barriques de chênes. Bâtonnage une fois par mois. Élevage dix mois en barriques de chêne français

     Or brillant, bouquet floral, notes de peches blanches et sous-bois, bouche élégante, fraîche riche et longue

     Saint-Joseph 2014 ***
Assemblage des cépages marsanne (65%) et roussanne (35%). Les vignes sont issues des lieux-dits MèveMontelierBoissey et Blanchard. Le vin est élevé pendant dix mois en barriques et demi-muids avec une très faible proportion de bois neuf

     Robe jaune or-vert, intensité moyenne, complexe, poire, miel, loukoum, peches, noisette, caramel, foin… belle bouche ronde riche et équilibré foiale minérale

     Condrieu   « Les Grandes Chaillées » 2013                  ***(*)
Assemblage de six parcelles provenant de trois communes différentes : Chavanay, Saint-Michel sur Rhône et Vérin. Un peu de Chanson peut aussi intégrer cette cuvée. Les fermentations se déroulent en fûts, puis l’élevage se poursuit pour une durée d’un an environ, avec un quart de fûts neufs. La malolactique est recherchée. LesChaillées désignent les terrasses soutenues par des mûrs en pierres sèches sur lesquelles reposent les vignes

Jaune Or brillant, nez puissant et joyeux d’abricot, chèvrefeuille, ananas,chocolat blanc, litchee, bouche ronde, riche aux notes de poires au sirop, équilibre radieux, belle longueur.

montez2

 

 

        Condrieu « Chanson » 2013 ****
Issue du terroir éponyme, tout proche du domaine, constitué de granite à muscovite et d’une surface de 2.5 hectares environ. Macération pelliculaire de 10 à 18 heures. Fermentation alcoolique et malolactique en barriques. Elevage de 18 mois avec 50% de fûts neufs.

Or brillant pale, nez timide, fin, floral, élégant, végétal, bouche superbe riche équilibrée abrictée, minéral, en finale en queue de paon, très long…

 

 

 

Les Rouges :

     Saint-Joseph 2014 ***

Syrah les plus jeunes du domaine (de 4 à 18 ans, parfois un peu plus en fonction des millésimes). La vendange est entièrement éraflée et l’élevage se fait en barriques et demi-muids mais sans fûts neufs, pour une durée d’un an en moyenne
Robe rubis profond, nez intense de fruits noirs, violette, lard de jambon, bouche ronde, vive, fruitée, belle souplesse sur des tanins fins.

     Saint-Joseph « Cuvée du Papy » 2012 ****
Cuvées emblématique du domaine, produite depuis le millésime 1989. Elle a été créée lorsque le père de Stéphane, Antoine, est devenu grand-père. Stéphane le décrit comme la « Côte-Rôtie du pauvre », bénéficiant a minima des mêmes considérations dans sa conception. C’est une sélection de meilleures vignes (les plus vieilles) élevées entre 17 et 24 mois en barriques et demi-muids, dont un tiers neufs. Elle s’impose année après année comme l’un des plus grand Saint Joseph

     Grenat intense, bleuté, nez intense de cassis et fruits rouges, réglisse, joli boisé élégant, bouche riche, ronde, beaucoup de chair, belle structure et tannins précis, long

montez4     Côte-Rôtie   « Les Grandes Places » 2012 ****
Cuvée parcellaire, issue du lieu-dit éponyme d’une surface de 3900 m2. Les « Grandes Places » est l’un des « crus » les plus réputés de l’AOC (plusieurs fois revendiqué), situé sur des sols de micaschistes avec une roche mère partiellement altérée. Elevage long (3 ans environ) en barriques et demi-muids avec une forte proportion de bois neuf.

     Robe grenat pourpe intense, nez riche et complexe, mais en retenu autour des notes de mûres, pruneaux, jus de viande, cacao, tabac, terreau… Bouche ronde, tapissante, structure imposante et équilibrée, aux tannins puissants et ciselés, très long, en devenir certain.

 

———- o ———

Le Repas :

montezMagret de canard pané aux grains de sésame, jus de fruits rouges, galettes de polenta

Côte-Rôtie « Fortis »2013  ***(*)

———- o ———

montez5Tarte feuilletée aux pommes, poire pochée et émulsion Granny-Smith

IGP Collines rhodaniennes Méthode traditionnelle « Abrupt » **

———- o ———

vignoble-monteillet4

Quelques mots sur le Domaine du Monteillet par Nicolas Bon

(À lire également sur  www.vin-terre-net.com )

 Pour se rendre au Domaine du Monteillet depuis Chavanay, il faut emprunter une petite route départementale sinueuse, la D90, qui contourne le vignoble de Condrieu. Après avoir parcouru environ deux kilomètres, un petit panneau discret indique, sur la gauche, la direction à suivre. Au loin, se profilent quelques maisons en vieilles pierres marquant l’emplacement d’un hameau d’aspect bien modeste. Nous serions presque tentés de faire demi-tour sur le petit chemin qui nous y conduit, loin d’imaginer qu’au bout c’est un des domaines phares de la vallée du Rhône septentrionale qui nous attend. En poursuivant le chemin se découvrent alors les nouvelles installations du domaine agrandi en 2010 : chai, cave et caveau de réception, avec un superbe panorama sur la paisible plaine du Rhône et les vignobles de Chavanay.vignoble-monteillet3

Le domaine est situé au cœur du Saint-Joseph et de Condrieu, au lieu-dit « Montelier » dont il tire son nom. Près des deux tiers du vignoble en propriété sont situés autour du domaine, soit 15 hectares d’un seul tenant. Et c’est toujours près du domaine qu’il est fait mention, en 1741, d’un acte notarié mentionnant l’achat d’une parcelle de vignes par l’un des ancêtres de Stéphane Montez, Michel « maître charpentier sur le Rhône et tonnelier ». Après la Révolution, le domaine prend de l’essor et s’agrandit progressivement au rythme de l’achat de parcelles. La propriété est toutefois encore antérieure à cela puisqu’elle arbore les armoiries de Louis Hector de Villard, Duc et Maréchal de France de Louis XIV (1653-1734).

vignoble-monteillet1Stéphane Montez, la dernière génération à la tête de la propriété, a pris la succession de son père Antoine. Une partie de son apprentissage s’est effectuée sur le domaine, avec son père justement, mais surtout, après cinq ans d’études en viticulture-œnologie ; Stéphane va en effet voyager dans le monde pour parfaire ses connaissances, avec plusieurs mois passés dans des grands domaines en Californie, Australie, Afrique du Sud, Chili, Argentine, mais aussi Suisse et même Angleterre. Il est de retour sur le domaine familial en 1997 et en prend la charge dès 1999.

Ici, la conduite de la vigne se veut « raisonnée » comme il convient de dire. Nous serions plutôt tentés de dire qu’elle se fait de façon « raisonnable » et pour reprendre les mots de Stéphane : « la vigne, c’est une question de bon sens ». Il n’y donc pas de certification sur le domaine, mais un travail qui s’en rapproche, ou tout du moins qui se veut très pensé. Stéphane n’envisage en effet pas de perdre une récolte lors d’un millésime difficile, si elle peut être sauvée par un traitement que n’autoriserait pas une certification. Ainsi, les traitements classiques de l’agriculture biologique (soufre, cuivre, application foliaire, etc.) suffisent dans la très grande majorité des cas. Les vents, réguliers et constants dans le couloir rhodanien, limitent également l’impact des maladies de la vigne, favorisées par une exposition s’ouvrant majoritairement au sud/sud-est. Avec une large diversité de situations, plusieurs types de conduites sont pratiqués : échalas, cordon ou double cordon de royat. Les sols sont travaillés dans la plupart des cas. Parfois, sur certaines parcelles, la vigne peut-être enherbée un rang sur deux. Dans ce cas, l’espace entre les rangs est de 2.5 mètres sur la partie travaillée et mécanisée, et 1.25 m sur la partie enherbée.

La vendange est entièrement manuelle et un premier tri est effectué à la parcelle par les vendangeurs. Un second tri est effectué sur table vibrante avant encuvage. Stéphane Montez fait partie des très rares vignerons de la région à ne pas avoir recours à un œnologue pour la partie vinification. Un détail non négligeable qui explique sans doute, en partie, la personnalité de ses vins. Les fermentations, en cuve inox, se déroulent via levures indigènes dans toute la mesure du possible. Pour les rouges, elles débutent par une macération à froid pendant une semaine environ. Sur les crus, les baies sont en partie égrappées, mais la proportion de vendange entière est très variable en fonction des millésimes, cuvées et maturités des rafles. Les vinifications se font avec chapeau immergé (à l’aide d’une grille), ce qui permet d’allonger les macérations sans risque d’oxydation.vignoble-monteillet

Tous les crus sont ensuite entonnés dès la fin des vinifications, permettant à la fermentation malolactique de se dérouler en fûts. Ils proviennent en grande majorité d’un tonnelier local, Vallaurine, avec une tendance à l’utilisation de plus en plus fréquente de demi-muids de 600 litres, car aujourd’hui Stéphane estime qu’il s’agit du contenant qui convient le mieux à l’élevage de la syrah. Les blancs font l’objet d’une macération pelliculaire pouvant durer de 10 à 18 heures ; puis ils sont pressés au pressoir pneumatique sous azote. Ils sont ensuite élevés en barriques et demi-muids avec des bâtonnages réguliers, réalisés environ toutes les trois semaines. Ils se font surtout en suivant l’évolution et la suspension des lies dans une pièce témoin dotée d’un fond vitré. Les assemblages se font en cuves inox et la majorité des opérations sont effectuées par gravité.

Texte et présentations des cuvées sont écrits par Nicolas Bon  (juin 2013)   http://www.vin-terre-net.com

vignoble-monteillet2 
Merci au vigneron Stephane Montez pour tant de plaisir,

Merci à Nicolas Bon pour sa plume,

Merci au chef Jacques Mazerand pour sa cuisine parfaite,

Merci à tous les participants.

Daniel Roche

Jeudi 18 février 2016 – Mazerand (Lattes)

Les photos sont de Marc Touchat

(sauf les photos de S.Montez et paysages, tirés du site :  http://www.montez.fr/ )

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s