Jamet versus Lafite-Rothschild, vins de Légende 15

Au Bistrot d’Ariane à Lattes (Hérault)

Ce sont deux « grands vins », différents à plus d’un titre et pourtant il nous est venu l’idée (certainement  saugrenue) de les déguster ensemble et de les comparer.
Leur environnement, cépage, style sont bien caractéristiques, mais ils ont en commun la race de leur terroir, la netteté de leur vinification, la puissance de leurs tanins, l’élégance de leur style. Voici deux géants magnifiques, proposés sur quatre millésimes, dégustés en verre Spiegelhau « Authentis », carafés, deux heures à l’avance (sauf 1993) et servis cachés, ensemble deux par deux, du même millésime.

Domaine Jamet    « Côte Brune »   Côte Rôtie  2002
Sa couleur cerise tendre et brillante ne laisse pas présager la puissance contenue de ce nectar de syrah. Le bouquet s’ouvre doucement à l’aération, animal à l’approche, tapi dans des senteurs naturelles de fruits noirs, de poivre et de réglisse. En bouche, le vin se révèle frais, dense, d’un incroyable équilibre qui le rend aussi léger qu’une ballerine en tutu! Il tournoie sur la langue dans un tourbillon de parfums élégants sur des tannins serrés et fins. Difficile d’imaginer que 2002 fut un millésime exécrable quand on déguste un tel vin!

Château Lafite-Rothschild  1er Grand Cru classé    Pauillac  2002
Paré d’une robe somptueuse, grenat foncé, brillante et vive, le nez évoque avec une puissance peu commune, des notes de fruits noirs crémeux, d’épices, de résine, d’herbe de montagne. Dès l’attaque, la bouche est nette, élégante, austère. La magie opère au bout de quelques secondes quand le vin se réchauffe au palais. On sent alors tout le soyeux contenu dans la puissance des tanins, la rigueur, l’équilibre, la plénitude de ce vin admirable. On comprend que rien ne presse…!

————————

Domaine Jamet    « Côte Brune »   Côte Rôtie  1993 15 ans donne aujourd’hui à ce vin un style incroyablement charmeur.  Le bouquet s’ouvre sur des baies de myrtilles, de violette, des notes d’épices douces, de brioche. Par sa souplesse et sa matière ronde, le vin nous entraîne dans un voyage sur la route de la soie à la rencontre de Samarkand et des joyaux orientaux.

Château Lafite-Rothschild  1er Grand Cru classé    Pauillac  1993
On admire sa belle couleur cerise soutenue brillante et bordée d’orange. Le nez présente de jolies notes de cèdres, cassis, chocolat.  Moyennement corsée, la bouche est souple, superbement équilibrée, ronde et follement élégante. Parfait à boire, on trouve dans le verre toute la typicité aromatique de Lafite que l’on peut saisir aujourd’hui dans son incroyable sérénité.

————————

Domaine Jamet    « Côte Brune »   Côte Rôtie  1998
Pourpre foncé, la matière est là. Le nez puissant et complexe évoque des grains d’arabica, des cerises noires, de la viande grillée, de zan, de camphre… En bouche, le nectar se fait rond, énorme de plaisir, il enrobe le palais par sa matière soyeuse, ses tanins caressants et sa longueur épatante…
Pour finir, son brillant panache nous transporte, comme envolé joyeuse sur la marche hongroise de « La damnation de Faust » d’Hector Berlioz

Château Lafite-Rothschild  1er Grand Cru classé    Pauillac  1998
Le vin à la couleur très soutenue opaque et nocturne, présente un bouquet somptueux d’épices orientales, de jus de viande, de crème brûlée, de cèdre, de charbon de bois. Telle une Cadillac au moteur rugissant, la bouche révèle un ensemble riche, brillant, doté d’une fabuleuse proportion de moelleux et de tanins et d’une finale terriblement longue et consistante.

————————

Domaine Jamet    « Côte Brune »   Côte Rôtie  2004
Ce jeune vin présente une robe brillante d’un magnifique pourpre profond. C’est encore un sans faute pour le nez encore fermé mais droit et précis et ses notes de fruits noirs, de fumé, de violette. La bouche est un travail d’orfèvre, équilibre, finesse, élégance, puissance tous les ingrédients sont présents pour révéler dans le futur, une Côte-Rôtie exceptionnelle et de toute beauté.

Château Lafite-Rothschild  1er Grand Cru classé    Pauillac  2004
Très concentrée, la robe cerise noire du Pauillac cajole le regard! Le bouquet exprime tout le potentiel de son fabuleux terroir, rose, pivoine, réglisse, poivre de Sichuan, vanille, liqueur de café, boîte à Havane. D’une précision absolue, la bouche monte en puissance et révèle une matière dense et serrée. En finale, le vin résonne longtemps au plus profond du dégustateur comme les notes du violoncelle de Rostropovitch dans le concerto de Dvorak.

Merci à tous,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s