Gevrey-Chambertin, le Roi des Vins

Au Bistrot d’Ariane, Lattes

Cette appellation, située dans le nord de la Côte d’Or, est la plus importante de la Côte de Nuits, par sa surface (410 ha, environ) et pour sa production (10.000 hl) et s’étend sur deux communes : Gevrey-Chambertin, principalement, et Brochon. La célèbre N 74 déroule encore ici son ruban, venant de Chambolle-Musigny et Morey-Saint-Denis au sud pour conduire vers Fixin au nord. Les vins de l’appellation sont tous des rouges issus essentiellement de pinot noir (et d’autres pinots pour moins de 5 %). L’appellation offre une parfaite illustration de la complexité bourguignonne puisqu’on ne compte pas moins de 9 grands crus et 28 premiers crus. Les grands crus (82 ha) sont situés au sud du village : Chambertin (12,3 ha) et Chambertin-Clos de Bèze (14,9 ha) d’abord et sept autres où le nom Chambertin est précédé d’un autre terme : Charmes-Chambertin, Mazis-Chambertin, Griotte-Chambertin, Chapelle-Chambertin. Les premiers crus sont situés au sud et à l’ouest du village et couvrent environ 85 ha de l’appellation communale Gevrey-Chambertin, celle-ci étant alors suivie de la mention 1er cru et/ou du nom du climat classé en 1er cru: Clos Saint-Jacques, Combe-au-Moine, Estournelles-Saint-Jacques, Les Cazetiers …. Les vins provenant de parcelles non classées en premier cru portent la mention Gevrey-Chambertin suivie éventuellement du nom du climat.
La dégustation s’est déroulée à étiquettes apparentes avec les verres Spiegelau (Authentis n°2) en partant de l’appellation communale Gevrey-Chambertin, en poursuivant par les Gevrey-Chambertin 1er crus et en terminant par les grands crus (GC).

Avant d’aborder la belle enfilade de rouges se profilant à l’horizon de la Côte de Nuits, côté Gevrey-Chambertin, les participants se sont refait un palais frais avec un blanc de Bourgogne très apprécié :

Domaine Méo-Camuzet, “Clos Saint-Philibert” Hautes-Côtes de Nuits, 2000 
Robe pâle à reflets verts. Nez citronné et fruits blancs, notes de grillé. Attaque vive, ensemble acidulé, minéral, très élégant.

Bernard Pierre Damoy, Gevrey-Chambertin, 1999 
Robe rubis d’intensité moyenne. Nez aux notes de fruits noirs et de chocolat avec une pointe épicée. Rond à l’attaque puis bonne acidité, arômes de cerises, tanins bien intégrés. Un vin bien construit, peut-être un peu chaud, finale de bonne longueur qui laisse monter les arômes.

Bernard Dugat-Py, Gevrey-Chambertin, “Vieilles vignes”, 2000 
Couleur rubis violacé intense. Notes de cuir et de terreau, senteurs de rose. L’attaque en bouche est nette avec de la matière mais aussi de la fraîcheur, notes de cerises. Un vin structuré avec une finale assez longue. Potentiel de garde.

Domaine Denis-Mortet, Gevrey-Chambertin, “au Vellé”, 1995 
Rubis violacé intense, un peu trouble. Nez un peu animal évoquant le sang et le tabac. En bouche certains perçoivent un goût de « soupe aux poireaux », et une sensation un peu aqueuse avec des tanins bien présents, d’autre voient un vin riche, profond, encore brutal et en cours d’évolution.

Domaine Louis Jadot, Gevrey-Chambertin 1er cru, “Combe-au-Moine”, 1996 
Couleur rubis violacé intense. En premier nez, arômes de cuir et de sang frais puis notes épicées. Attaque nette en bouche avec de la fraîcheur et des tanins de belle venue. Un vin harmonieux avec un bon accord entre le nez et la bouche.

Dominique Laurent, Gevrey-Chambertin 1er cru,“Estournelles-Saint-Jacques”, 1997 
Rubis intensité moyenne. Nez aux notes de cuir et de fumé puis de réglisse. Belle attaque, souple, arômes de goudron. Vin bien équilibré avec de la fraîcheur mais avec un boisé un peu évident.

Domaine Dujac, Charmes-Chambertin (GC), 2000 
Couleur rubis violacé peu intense. En premier nez notes légères de cuir puis fruits rouges et sous-bois discret. En bouche, attaque veloutée suivie d’une belle fraîcheur, arômes fins. Vin d’une superbe élégance au boisé fin, tanins soyeux, prêt à boire. Du grand art… la Bourgogne rare!

Domaine Charlopin-Parizot, Mazis-Chambertin (GC), 1996 
Robe rubis-violacé très intense. Notes d’abord animales puis de torréfaction. Bouche ronde à la l’attaque franche, aux notes de sous bois et de fruits mûrs de superbe facture. Vin au boisé sans sécheresse encore trop dominant… mais laissera-t-il sa place un jour ?

Domaine Armand Rousseau, Chambertin-Clos de Bèze (GC), 1994 
Couleur rubis, intensité moyenne. Notes animales puis fines notes fumées. Attaque souple, arômes de cerises et de fruité. Un vin souple et charnu à boire maintenant.

Joseph Roty, Charmes-Chambertin (GC), “cuvée très vieilles vignes”, 1992 
Rubis assez intense. Le nez perçoit des notes de cuir et de sous-bois. Bouche souple, ronde en demi-corps un peu simple à ce stade. Vin de bel équilibre.

Domaine Armand Rousseau, Chambertin (GC), 1991 
Couleur rubis d’intensité moyenne. Arômes chocolatés. Attaque précise, tanins bien intégrés. Un vin d’une grande élégance et délicieusement équilibré.

Le repas:
Un magnum du Domaine Geantet-Pansiot, “vieilles vignes” Gevrey Chambertin, 2001 *** s’avéra parfait pour accompagner une savoureuse côte de Porc noir de Bigorre préparée par le chef du Bistrot d’Ariane.

Igor Gourevitch

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s