la syrah ne perd pas le nord (du Rhône)

Au Bistrot d’Ariane à Lattes, 

Les amateurs de syrah de l’EPICUVIN (et ils sont nombreux) ont répondu présent ce soir, car la salle consacrée au Dieu Bacchus du « Bistrot d’Ariane » ne pouvait en contenir davantage… Comme une envie de se faire plaisir avec ce cépage qui, au nord du parallèle 45, est reconnu comme maître chez lui.
Carafés une heure à l’avance, servis dans l’anonymat, les vins ont été proposes dans un ordre choisi, (les millésimes évoluant de 1998 à 1990). Un pirate a été introduit dans le groupe.

Thierry ALLEMAND « Chaillot » 1997, Cornas 

  • Belle robe violacée noire
  • Intensité moyenne au nez mais d’une bonne harmonie développant un agréable bouquet d’épices orientales, de fruits noirs murs, de cerise, de cuir
  • La bouche est ronde équilibrée aux tanins fins et mûrs, les arômes un peu timides sont quelques peu débordés par un léger excès d’alcool donnant à la finale une sensation de chaleur. À garder, c’est un vin qui doit se faire.

Jean Louis CHAVE 1998, Saint-Joseph 

  • Ronge rubis élégant et bleuté
  • Nez riche très animal, poivré, réglissé, fumé et intensément mûr.
  • Belle bouche à l’attaque sphérique et lisse, la matière s’harmonise avec les arômes empyreumatiques de jeunesse, c’est un vin bien fait, d’une bonne fraîcheur plus élégant que spectaculaire.

COS DE LA BELLE 1997, Vin de Pays du Gard 

  • Couleur rouge grenat intense et violacé.
  • Nez puissant, simple et gourmand, plutôt sudiste par ses parfums de cassis, de garrigue, de grillé.
  • Beaucoup de souplesse en bouche. Facile, ronde et bien équilibrée c’est une syrah qui tire bien son épingle du jeu dans un millésime pas évident dans le midi de la France.

Mathilde et Yves GANGLOFF 1997, Côtes-Rôtie 

  • Rubis intense, reflets bleus-noirs, un peu mat.
  • Waouu! quel nez puissant et profond. Des parfums de viande, de mûres, de poivre noir, de Zan, de café grillé débordent du verre pour notre plus grand plaisir.
  • Equilibre parfait en bouche. Matière épaisse, ronde et soyeuse, expression aromatique moins épanouie qu’au nez,_longueur excellente, c’est une bouteille qui devrait monter dans quelques années sur la plus haute marche.

Alain GRAILLOT » la Guiraude » 1994, Crozes-Hermitage 

  • Rouge grenat intense, reflets orangés, brillant.
  • Nez sensuel et riche de parfums briochés, de fruits noirs confiturés, de cacao, d’olives noires…
  • Élégante et énergique par sa fraîcheur, la bouche s’ouvre sur la violette, le cassis se finis par la douce amertume du chocolat noir. Très reconnaissable, « la Guiraude »obtient les meilleurs suffrages.

Marc SORREL « le Gréal » 1991, Hermitage 

  • Rouge grenat-pourpre d’une bonne brillance.
  • Nez assez évolué, aux arômes tertiaires de sous-bois, de cuir de caramel, de café brûlé.
  • L’attaque est ronde, beaucoup de gras entoure les tanins soyeux, mais la chaleur prend le dessus sur les notes confiturées de fruits et de cuir. Dommage.

Jean Louis CHAVE 1994, Hermitage 

  • Robe grenat profond, velour de théâtre.
  • Nez très riche, fruits rouges mûrs, menthol, confiture de rhubarbe, tabac, caramel brûlé.
  • Des fruits mûrs, encore des fruits mûrs, ta bouche en distribue sans compter, et avec un superbe équilibre, la matière intense s’harmonise avec des tanins veloutés. Grand Vin.

Marcel GUIGAL 1990, Côtes-Rôtie 

  • Robe rouge grenat superbe reflets tuilés.
  • Le nez est intensément parfume de notes caramélisées, de confiture de fraises des bois, de cacao, d’épices orientales.
  • Si la bouche séduit par ses beaux arômes d’évolution, de poivre et de grillé. elle dénote un sensible manque de chair. Les tanins alourdissent la fin de bouche, cette bouteille, pourtant bien conservée n’a pas tenu la distance sur 10 ans. Une volaille fermière ou un gibier à plume devrait, tout de même, l’accompagner de ta meilleure des façons

Max CHAPOUTIER « Monnier de la Sizeranne » 1991 

  • Hermitage Robe rouge grenat intense et profonde.
  • Excellent prélude que ce nez intense et élégant par ses notes de fruits noirs, toast grillé, réglisse, arabica.
  • La bouche démarre en trombe, pleine, nette et puissamment entourée de tanins veloutés. À parfaite maturité cette syrah exhibe une matière riche, sans lourdeur tout en élégance et d’une longueur épatante. Bravo!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s