Le Triangle d’Or


RHÔNE  – LANGUEDOC  – PROVENCE
2011 – 2001 – 1998

L’idée était de voyager verre en main, sur trois régions, toutes situées sur l’arc méditerranéen.
Proches en termes de climat, moins dans la nature des sols et différentes dans le choix des cépages, elles peuvent être très distinctes dans les styles des vignerons… Ce qui n’est pas pour nous déplaire.

Nous avons goûtés trois séries de trois vins rouges provenant chacun d’une de ces régions sur trois millésimes séparés par treize années d’amplitude 2011 – 2001 – 1998.
Le choix des vins repose sur la diversité des styles et de la notoriété des domaines.
Ils sont comparés et décrits ici sans concession pour assouvir notre curiosité et bien sûr, pour notre plus grand plaisir.
les bouteilles ont été servies dans cet ordre, à l’aveugle, en verre Spiegelhau « Authentis ».triangle2

2001

Costières de Nîmes   –   Château Mourgues du Grès « Capitelle des Mourgues » 2001    * *
C’est la syrah qui domine dans la cuvée « Capitelle« , visible dès la vision de la robe, foncée, opaque, grenat intense, aux bordures tuilées, légèrement trouble. Le nez est intense, mûr, riche, cacaoté, animal, tertiaire pour ne pas dire très évolué. En bouche, cette évolution se confirme avec des arômes de cuirs, de fruits confiturés et de café à forte torréfaction. L’équilibre est correct, la fraîcheur est toujours là, mais le vin semble fatigué, décharné, la matière et les tannins ne semblent pas avoir suffisamment de poids pour tenir la distance du temps. Cette bouteille n’a pas gagné a la garde, elle aurait du être bue il y à 5 ans

Coteaux d’Aix   –   Château Revelette « Grand rouge » 2001   * * *
Sur la partie nord de la Saint Victoire on trouve un climat de Provence atypique, presque continental. Les vins sont toujours fins, nets et frais c’est un des credo de Peter Fisher installé ici depuis 30 ans. Son « Grand rouge » est un assemblage de cabernet, syrah et grenache, variable selon les années. D’un profond pourpre foncé, le 2001 offre un bouquet d’intensité moyenne. Notes de fruits rouges frais, de fleur fanées, d’épices douces et animal se succèdent pour donner un ensemble raffiné et précis. La bouche est ronde équilibrée, riche, sur des arômes de mûres sauvages, de champignon frais, de cacao, de laurier. Élégance et finesse sont les maîtres mots sans oublier une agréable longueur.triangle1

Pic Saint Loup   –   Domaine de l’Hortus « Grande Cuvée » 2001   * * * * (*)
Depuis 25 ans, au pied de la falaise de l’Hortus, Jean Orliac aidé de toute sa famille, produit des vins qui imposent le respect, devenu essentiels dans la culture Languedocienne. À l’Épicuvin, nous adorons le Domaine de l’Hortus (voir la dégustation « Pourquoi les vins de l’Hortus sont-ils si bons ? » – mars 2011).
Avec le grand millésime 2001, les Orliac signent une « Grande cuvée » juste énorme et magnifique La robe superbe de grenat pourpre est prélude à un bouquet d’une rare élégance et netteté, florale, au fin fruité souligné de notes épicées. En bouche, la magie perdure : élégance, équilibre, gourmandise, fruité naturel, texture de velours, fraîcheur et persistance… Énorme et magnifique !

2011

Coteaux du Languedoc   –   Domaine Saint-Sylvestre 2011  * * * *
La robe rubis brillant présage de bonnes sensations, tandis que le bouquet de bonne intensité offre déjà un ravissement de parfums frais de cerises, de petits fruits noirs, d’olive, de viande grillée, de poivre. L’attaque en bouche est parfaite, ronde, élégante, pleine d’énergie et de velouté au palais. La gourmandise de ce vin est incroyable tellement le fruit et la fraîcheur font bon ménage. La longueur dépasse les 10 secondes et le bonheur perdure encore… sublime !

triangle

Bandol   –   Château de Pibarnon 2011  * * * *
On ne présente plus LE domaine de Bandol et son rouge reconnu par tous les amateurs et la critique. Ouvrir une telle bouteille juste âgée de 3 ans est peut-être une erreur, mais on aime goûter les vins sur leur jeunesse en partant du principe qu’un grand vin doit être grand à tout stades de sa carrière. Le nez est assez fermé c’est la logique des choses, mais on devine une belle diversité aromatique et présage une grande élégance florale et fruitée en devenir. En bouche, il est un peu plus bavard mais c’est son style qui pousse à l’admiration. C’est un vin réellement fin et riche, aux parfums pénétrants et à la constitution robuste et précise, les tanins ont abondants et glissants et l’on se laisse porter vers une fin de bouche longue, fruitée et colorée comme un éventail de Sévillane !

Gigondas   –   Domaine des Bosquets 2011  * * * (*)
Déjà dégusté en septembre dernier lors du « Grenache Day », ce nectar reste toujours aussi gourmand et délicieux.
Sa robe grenat est parfaite, son nez intense dégage des notes de fruits rouges écrasés, de cacao, de griottes en bocal, de jus de viande, de laurier. Rondeur du grenache ici dominant est un vrai bonheur tapissant le palais de tanins soyeux et fondus pour notre plus grand plaisir. Une pointe de chaleur vient troubler le joli dessin, mais la persistance reste un critère de qualité pour ce superbe Gigondas qui a de beaux jours devant lui.

1998

Cabardès    –   Domaine de Cabrol  « Vent d’Ouest » 1998   * * *
« – 16 ans plus tard, comment le modeste mais remarquable domaine de Cabrol, se porte-t-il ? 
– Très bien, je vous remercie ! »
Situé au nord de Carcassonne là où les influences océaniques se font encore sentir, le domaine de Claude Carayol et sa cuvée « vent d’ouest » est atypique dans le paysage du Languedoc. Le bouquet est puissant, par ses notes de cuirs, d’épices, de marinade de civet, rôtie de viande, de poivre… « c‘est plus une cave c’est une cuisine !« . La bouche est ronde, équilibrée, confiturée, les tanins droits et fondus se goûtent bien, mais seront encore plus à l’aise face au civet annoncé plus haut !

Châteauneuf du Pape   –   Château de Beaucastel 1998   * * * * *
Déjà dégusté à plusieurs reprises, la dernière étant la verticale du domaine en juin 2013 (voir : Vin de légende n° 25), le millésime a toujours largement été apprécié au club.
Avec sa belle couleur rouge grenat orangée, cette bouteille nous accueille par un bouquet formidable de cerises mûres, de Havane, d’épices, de crème brûlée et de chocolat. La bouche joue son registre aromatique à la perfection sur un équilibre superbe à la fois gourmand et profond. Matière volumineuse, soutenue par des tanins bien présents, gras et souples. Finale en apothéose de fruit.

triangle3

Vin de Pays des Bouches du Rhône   –   Domaine de Trevallon   1998   * * * * (*)
Autre star admirée par les vrais amateurs et même s’il présente parfois une approche particulière, Le vin d’Eloï Durrbach ne laisse jamais indifférent. La robe est superbe, grenat presque noir, d’une belle brillance. Le nez est riche, ouvert, chocolaté, style tomate confite, nettement truffé et animal. La bouche est séveuse, la fraîcheur domine, l’énergie est réjouissante, la matière est franche construite sérieuse présente des tanins amples, qui tapissent bien le palais. On aime Trevallon, son coté attachant avec toujours ce décalage caractéristique du style Durrbach, comme un arbre-totem de Dubuffet ou les harmonies d’un Thélonious Monk au clavier s’amusant sur « Tea for two« .

 

 

 

 

Les vins préférés  (le classement des participants) :
1er Saint-Sylvestre, 2e Beaucastel, 3e Bosquets, 4e Hortus…

Le Repas 

triangle5

Terrasses du Larzac –   Domaine de Montcalmès 2011 (magnum) * * * (*)
Pic Saint Loup   –   Mas Bruguière « Les Grenadières » 2001 * * * *
Grand classique du Languedoc, la grande cuvée du Mas Bruguière 2001 est toujours superbe et semble ne pas vouloir vieillir. Quant à Frédéric Pourtalier et son Montcalmès il impose un détour. Encore jeune et sur le fruit, il se goûte comme une gourmandise, mais ça on le savait déjà !
Les deux cuvées sont formidables et des vins aussi délicieux à ce niveau de prix, c’est une vraie aubaine !

Pluma de Porc ibérique saisie sur un jus de gardianne, croquette de pata negra et polenta

 

triangle4

Vin de raisins surmûris – Clos de l’Amandaie « Les ménades »   * * * *
Si vous ne connaissez pas ce vin doux, produit du côté d’Aumelas (Héraut), en vendanges tardives de roussanne,
précipitez vous, car il est produit en tout petit volume et il est juste fabuleux !

Cheese cake aux fruits façon Mazerand

triangle6

      Merci à Jacques Mazerand pour sa parfaite cuisine toujours inventive.
Merci à tous !

    Daniel Roche

 

Vendredi 16 janvier 2015 au Mazerand à Lattes

    Les photos sont de Marc Touchat et igor Gourevitch

Barème des notes : 

  vin défaillant,
*  vin moyen, décevant,
* *
  bon vin, correct,
* * *  très bon vin,
* * * *  vin excellent, de haut niveau,
* * * * *  vin exceptionnel, magnifique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s