Les vins du Maconnais

au restaurant Bistrot d’Arianne à Lattes

solutré

C’est sous l’impulsion des moines, et plus particulièrement de ceux de Cluny, que le vignoble du Mâconnais prit son expansion, entre le XIe et le XIIe siècle, jusqu’à atteindre 50 000 ha, soit trois fois plus qu’aujourd’hui. Ce sont surtout les vins blancs qui ont fait la réputation du vignoble du Mâconnais, avec les grands chardonnay de Pouilly-Fuissé et de Saint Véran. Cependant, les « Mâcon » et « Mâcon-Village » créent parfois des surprises fort agréables pour l’amateur. Voici un terroir mythique, le site préhistorique de la Roche de Solutré y est peut-être pour quelque chose, nous y avons découvert de véritables merveilles.

Saint-Véran 1996 Domaine Verget 
Sous des traits or clair, ce 96 offre de la fleur blanche au premier nez, puis ses flaveurs de miel et de mirabelle. La dessus, la bouche met des gants de fruits à noyaux et de minéralité pour un ensemble équilibré, vif et appétant. Déjà plaisant on peut encore garder.

Saint-Véran « le Grand Bussière » 1998 Domaine du Vieux Sorlin Olivier Merlin
Du velours en fin de bouche, un nez puissant, une robe jaune or brillante. Un régal. Son bouquet explose de senteurs entre minéral, floral et notes empyreumatiques. La sensualité du palais séduit l’épicurien, l’équilibre raffiné séduit l’oenophile, la longueur séduit le comptable! Très belle bouteille.

Mâcon-Vergisson « La Roche » 1998 Domaine Daniel et Martine Barraud
Son caractère minéral et sa fraîcheur naturelle lui donnent une saveur bien agréable. le bouquet simple sait parler de son pays, la bouche finit harmonieusement et donne « comme un goût d’y revenez-y ».

Mâcon « la Roche Vineuse » 1998 Domaine du Vieux Sorlin Olivier Merlin
Or vert, il chante une petite chanson: » ce petit chemin qui sent la noisette », légèrement citronné, aux notes florales et meliques. La bouche reste sobre, ronde tout en finesse et en équilibre. C’est un vin d’une délicieuse ambiance.

Mâcon-Pierreclos « le Chavigne » 1997 Domaine Guffens-Heynen 
Jaune vif, reflets or, bouquet d’une rare complexité (fruits blancs et fruits secs, grillé, épicé délicatement..), « le chavigne » explose au palais grâce à se présence physique et sa richesse aromatique. La finale de miel et d’orange confite laisse admiratif. Bravo!

Mâcon-Clessé Quintaine 1995 Domaine de la Bongran Jean Thévenet
Splendeur d’un millésime admirablement vinifié. le jaune or étincelle. Le bouquet explore des arômes de fruits mûrs, d’épices,de fleurs épanouies. Le corps énorme sait rester sur le fruit, sans lourdeur, rond, voluptueux, gourmand. Distinction parfaite et super-longueur.

Pouilly-Fuissé « En Buland » VV 1998 Domaine Daniel et Martine Barraud 
Or gris qui étincelle, la robe séduit le regard comme le bouquet séduit le nez, par sa finesse et sa douce complexité de senteurs exotiques, et de fruits secs. La bouche élégante et fraîche se déroule harmonieusement pour finir sur des notes originales de thé.

Pouilly-Fuissé H C « Tournant de Pouilly »1998 Domaine Ferret Colette Ferret
Merveilleuse expression de ce terroir bourguignon encore méconnu du grand public, ce Fuissé épate. Tout ici est calme et volupté, la profondeur de la couleur, la netteté du bouquet, la rondeur de la bouche, la finale harmonieuse et longue. SPLENDIDE!

 

Pouilly-Fuissé « Vieilles Vignes »1997 Château de Fuissé jean Jacques Vincent 
Cette propriété phare de l’appellation fait connaître le terroir depuis plus de trente ans, dans le monde entier. Et c’est le plaisir, toujours recommencé. Chez les Vincent il n’y a pas de petits millésimes, et les bouteilles peuvent, sagement, patienter plusieurs décennies.

Pouilly-Fuissé « Tête de Cuvée » 1996 Domaine Verget 
On reconnaît ici la « patte » de Jean Marie Guffens (voir plus haut Mâcon-Pierreclos) qui a eu la bonne idée de fonder un maison de négoce de vins blancs de Bourgogne. Il achète uniquement les raisins provenant de grands terroirs, pour les vinifier selon sa méthode et de quelle façon. Ce Pouilly-Fuissé qui sent la brioche, le pollen et le jus de viande est un vrai trésor pour l’amateur. La finale en raisin de corinthe reste un modèle du genre. Ici aussi la la bouteille peut attendre. Un régal de gourmandise.

Merci à tous les vignerons talentueux du Maconnais,
Merci encore pour tout ce plaisir, cette découverte d’un terroir encore méconnu,
Merci à tous les dégustateurs,
Merci au « Bistrot d’Ariane » pour son accueil et sa cuisine toujours délicieuse.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s