Pinot noir, le prince des côtes

 

 restaurant “La Closerie”de l’Hôtel Métropole à Montpellier

Le pinot noir est un mystificateur. S’il n’est pas exactement femelle, il est indubitablement féminin et exaspère le vigneron, le vinificateur et l’oenophile. Il sait se montrer cruel, laissant entrevoir ses charmes qu’il refusera à tous sauf aux plus persévérants. Alors que le cabernet sauvignon fait joyeusement ses bagages pour parcourir le monde, le pinot noir ne voyage qu’à contre-coeur. Dans les nouvelles régions viticoles, il est si tentant et si difficile d’élaborer un vin ressemblant peu ou prou à un grand Bourgogne qu’on y entend souvent les vignerons soucieux de qualité, évoquer le Saint Graal quand ils parlent de la culture du pinot noir hors des sacro-saintes frontière de la Côte d’Or. Nous avons servi (à l’aveugle) ce soir, quelques bouteilles aux provenances multiples mais toutes issues d’un seul et même cépage; celui qui portait déjà le nom de “pinot vermeil” dès le XIVe siècle, dans les registres hospitaliers de Beaune et de Dijon…
“le livre des cépages” de Jancis Robinson – Hachette

Domaine de LA COLOMBETTE “demi-muid” Vin de Pays des Coteaux du Libron 1997 
La Colombette ouvrait le bal, mais nous n’avons pas retrouvé le fruit et la rondeur gourmande qui le caractérise. Fermé, acidulé, amer en finale, il n’était pas dans un grand jour.

Domaine de CLOVALLON “les Pomarèdes” Vin de Pays d’Oc 1998 
Si la robe est pâle et peu intense, le nez exprime avec insistance et complexité des parfums de cerises griottes, de fleur épanouies, de pain d’épices et de torréfaction. La bouche ne baisse pas le ton, savoureuse, vineuse, équilibrée, élégante à la fois. La finale d’agrumes confits est superbe, longue. Superbe.

Mas BORRAS Miguel Torres Penedès (Espagne) 1994 
La belle robe grenat profond ne trahie pas le soleil de sa Catalogne natale; le bouquet en fait de même, par ses parfums de caramel, de pruneaux grillés, de havane. En bouche l’attaque fraîche réveille le palais puis laisse place à un superbe équilibre boisé et rond. Les tannins encore présents et la chair attestent de la jeunesse relative de ce pino negro plus joueur de rugby que danseur andalou.

DUCK PONT Fries’Family Cellars Willamette Valley Oregon (USA) 1998 
Nous garderons peu de souvenirs de ce liquide pâle, au nez de fourrure brûlée, à la bouche fluette et diluée.

Domaine La COMBE BLANCHE “le pinot de l’enfer” Vin de Pays des Côtes du Brian 1998 
Le pinot s’accommode mal des climats chauds de notre région. Il y gagne en couleur, puissance tannique et alcoolique , mais ne s’y retrouve pas en termes de finesse, d’élégance et de persistance aromatique.

HAMILTON RUSSELl Vineyards Walker Bay (Afrique du Sud) 1999 
Que voilà un joli vin! La robe rubis tendre brillante. Le nez expose avec netteté des parfums de fruits rouges écrasés, de jus de viande, de sous-bois, de cuir. La bouche s’ouvre avec ampleur sur un équilibre savoureux de jus de fruit, de cire, de réglisse et autres épices exotiques. Un vin excitant et long.

Domaine GERMAIN “Château de Chorey-les-Beaune” Chorey-les-Beaune 1996 
D’un rouge grenat violacé, d’un bouquet de fruits noirs compotés, d’une bouche un peu pataude à l’allure rustique… ce Côte de Beaune n’a pas séduis l’assemblée…trop jeune? trop extrait? trop simple?… le plaisir n’y était pas.

ROBERT MONDAVI “Coastal” Central Coast Valley (USA) 1998 
Les vins californiens troublent souvent nos palais européens par leur boisé outrageux, et leur bouche pommadée. Si le“Coastal” ne déroge pas à la règle, il le fait avec une certaine subtilité et une gourmandise qui satisfait le plaisir épicuriens de l’eonophile universel. Nez toasté et fleurant bon la cuisine exotique, bouche glycérinée, persistante, saveurs mentholées et fraîches, on se laisse assez facilement tenté par… le diable!

HUGEL “Pinot Noir” Alsace 1990 
Ce pinot d’Alsace hors norme possède encore de beaux restes, sa robe grenat intense évoluée, son bouquet de fruits passés, de griottes, de soupe de légumes, d’étable de chèvre lui donnent un caractère délicieusement campagnard et désuet, bien en chair, équilibré, il devrait mieux se comporter à table qu’en dégustation.

CHARLES NOELLAT Clos de Vougeot 1976 
Acquise lors d’une vente aux enchères, cette bouteille de Clos Vougeot provenant d’un bon vigneron dans un bon millésime, a semblé fatigué et sec. Usé par une mauvaise conservation, peut être par le sucre ajouté dans sa jeunesse, il ne donnait rien qui lui laissé mériter son titre de Grand Cru de Bourgogne. Dommage car le pinot noir sait aussi vieillir admirablement.

Ce fut aussi une première pour cette dégustation car nous avons été accueillis de la meilleure des façons à l’Holiday Inn- Montpellier (ici, on préfère dire l’hôtel Métropole). Son cadre authentique et la cuisine de Pierre Couronne nous ont particulièrement satisfait; le magret de canard à la cuisson maîtrisée et son tian de légumes fondant, se mariait avec bonheur avec le Mondavi, le Mas Borras ainsi qu’avec les bouteilles ouvertes pour le repas:

Guigniers de CENTEILLES Vin de Pays des Côtes du Brian 1996 
Intense, fruité, rafraîchissant, l’excellent vin de Daniel Domergues sait allier le fruit et la matière.

Domaine ARMAND Volnay “ fremiets” 1°cru 1996
Un grand Bourgogne proche d’un Pommard, puissant et fier.

Encore merci pour tout ce plaisir,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s