Rhône 1998

RHÔNE 1998    ( 10 vins /10 ans plus tard)

Au restaurant Mazerand, à Lattes (Hérault)

Année méditerranéenne par excellence, 1998 fut qualifié à sa sortie comme l’année de tous les bonheurs en vallée du Rhône. Une floraison régulière en juin, un été chaud et sec, de bonnes réserves hydriques, une véraison régulière en fin juillet, un mois d’août tempéré par le mistral, tous ces facteurs furent le prélude à des vendanges superbes, et des moûts d’excellence, surtout pour les rouges et les rosés.
Voici une sélection de 10 vins  sur 10 appellations (+ 1 pirate) servie à l’aveugle dans cet ordre.

Tous les vins dégustés sont du millésime 1998

La dégustation : 

Crozes-Hermitage  –  Domaine des Entrefaux   ***
Bien situés sur les coteaux en glissement de l’Hermitage, les vins d’Entrefaux se goûtent en général sur le fruit dans les premières années. Surprise! celui-ci est superbe de fraîcheur, le fruit est conservé, les arômes sont complexes évoquant les épices, le cacao, le jus de viande. Souple en bouche, il joue sur la finesse des tanins et la netteté aromatique.

Vacqueyras  –  Domaine les Amouriers  » les Genestes »
Ici c’est la syrah qui domine. Dés la robe intense et le bouquet puissant de cerise noire, poivre, anis, son empreinte rhodanienne se fait sentir. Joli volume en bouche, fraîcheur, et belle longueur sont des facteurs de plaisirs supplémentaires.

Rasteau  –  Domaine Didier Charavin
Ce Rasteau est une valeur sûre pour les amateurs de vins fermes et droits. Le 98 ne déroge pas à la règle avec le charme et l’élégance en plus. Son nez puissant évolue entre notes florales et empyreumatiques, fruitées et animales. Sur le palais, le vin se fait rond et suave, riche en extrait, finissant par un boisé réglissé et une longueur jouissive.

Coteaux du Languedoc – Pic Saint Loup  –
                               Mas Bruguière  « la Grenadière » 
Le Mas Bruguière est une valeur sûre des vins du Languedoc et un habitué des bonnes surprises comme ici, placé en vin « pirate ». J’avais d’ailleurs encensé cette cuvée en février 2005 lors de la verticale au domaine.

http://www.epicuvin.com/degustations/revue/bruguiere.htm
À ce jour, il  joue sur un autre registre, faisant apparaître une élégance rhodanienne, une fraîcheur et un fruit encore harmonieux et pour finir, une jolie longueur aromatique.

Côtes du Rhône  –  Château des Tours
Si Emmanuel Reynaud vinifie avec brio le mythique Château Rayas depuis 1997, il s’occupe depuis fort longtemps de ses vignes au sud de Vacqueyras et l’on peut affirmer que son coeur y est souvent niché. On ne s’étonnera pas de la robe pâle brillante et de ce nez floral,  kirché, aux parfums d’écorces d’orange. La suite est savoureuse, débordant de fruit, finale en finesse et en fraîcheur pour ce vin dédié aux amateurs de fins grenache et  franchement « bon »!

Lirac  –  Domaine de la Mordorée   » la Reine des bois »  
Ambitieux et rigoriste, Christophe Delorme nous propose avec sa cuvée « la Reine des bois » le véritable esprit de la maison. La robe est noire, opaque. Le nez explose sur le moka, les fruits noirs, le menthol et la viande grillée. Si les tanins sont fermes en bouche, l’équilibre est un pur bonheur, le toucher au palais donne une sensation de velouté superbe… Et en plus c’est long!

Hermitage  –  Delas  « Marquise de la Tourette »  
Rempli d’une couleur encore bleutée, le verre laisse échapper de délicieux parfums de violette, de mûres, de viande fumée, tandis que la bouche séduit par sa rondeur, son extrait de fruit et d’épices, sa richesse, sa réserve très… masculine.

Châteauneuf du Pape  –  Domaine Pierre André
Situé à Courthezon, ce domaine familial cultivé en bio depuis 1980 (biodynamie depuis 92) sélectionne ici ses très vieilles vignes de grenache, le résultat est plus que remarquable. Les notes de viandes, de cerises noires, le coté capiteux et riche du Chateauneuf est respecté pour élever ce pur nectar au rang de chef d’œuvre.  Bravo!

Côtes du Rhône  –  Domaine Gramenon  « la  Mémé » 
Dans les années 90 le domaine Gramenon a beaucoup fait parler de lui. Son côté naturel, généreux, dense et gourmand se retrouvait en particulier dans cette cuvée de vignes centenaires et laissait présager un avenir plus savoureux que celui goûté aujourd’hui: manque de netteté au nez, bouche en demi-corps et finale sèche.

Saint-Joseph  –  Chapoutier  « les Granits »  –
Cuvée parcellaire de la célèbre maison de Tain l’Hermitage, cultivée en byodinamie, c’est en général le plus formidable des Saint-Joseph… quand il n’est pas bouchonné!

Costières de Nîmes  –  Château Mourgues du Grès  « Terre d’argence » 
Reconnu comme un des leaders des Costières de Nîmes, la cuvée du Château à dominante syrah se dégustait admirablement dans sa jeunesse. Aujourd’hui le rideau est tombé, fini le fruit, place aux notes évoluées et à la bouche un tantinet fatiguée. Reste un bon souvenir et la décision plus sage de boire ces vins dans les années de jeunesse.

Merci à tous,

Le classement des dégustateurs :

  1. Châteauneuf du Pape,  Domaine Pierre André
  2. Lirac,  Domaine de la Mordorée   » la Reine des bois »  
  3. Rasteau,  Domaine Didier Charavin  
  4. Hermitage,  Delas  « Marquise de la Tourette« 

 

Les vins du Repas
Châteauneuf du Pape   Domaine Pierre Usseglio « Réserve »  
Côtes du Rhône Village St Gervais   Domaine Sainte Anne 
Rivesaltes Chapoutier

 

Photos de Marc Touchat

touchat

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s