Trevallon, Vieux Télégraphe, Voulte-Gasparets… Un trio d’enfer (3)

 1995 – 1998 – 2003

Bistrot d’Ariane, Lattes (Hérault)

Trois grands terroirs, trois grands vignerons, trois grands millésimes… 9 grands vins ! (et une soirée réussie)

Château La Voulte-Gasparets « Romain Pauc » Corbières

Domaine Trevallon Vin de Pays des Bouches du Rhône

Domaine du Vieux Télégraphe « la Crau » Châteauneuf-du-Pape

Les vins ont été servis dans le plus grand anonymat (le numéro entre parenthèse donne l’ordre de passage). Les vins ont tous été carafés à l’avance et servis en verre Spiegelau Expert. Voici quelques commentaires de dégustation.

(1) Château La Voulte-Gasparets 1995 
Avec une belle robe rouge grenat ambrée en bordure et un nez évolué, puissant, épicé et animal, le vin marque son âge. Cependant la bouche ronde à l’attaque présente une bonne concentration, du grillé et de la minéralité. Tannique et long, le vin est à boire.

(2) Domaine Trevallon 1995 
De couleur pourpre orangé, le vin évoque les fruits noirs, le jus de viande, le caramel, et ces notes classiques de végétal chères à Trevallon. La bouche est ronde, fraîche, tendue, tannique, hautement savoureuse et longue… magnifique.

(3) Domaine du Vieux Télégraphe 1995 
Quel nez! puissant et mûr avec ses notes de cuir, de clou de girofle, de viande fumée, de truffes noires. Une texture ronde et veloutée au palais, les adjectifs d’admiration s’enchaînent pour décrire le merveilleux soyeux des tanins et la longueur superbe de ce vin miraculeux.

Millésime 1995, avantage Vieux Télégraphe


(6) Château La Voulte-Gasparets 1998 
La robe est énorme, noire; le nez tout de garrigue ensoleillée, de réglisse, de volaille grillée, de cassis, capture les sens, ainsi que la bouche souple, chocolatée et sexy; le tout donnent à ce vin une véritable dimension gourmande immanquable.

(4) Domaine Trevallon 1998 
Un bouquet d’une grande élégance, alibi parfait au plaisir hédoniste pur, une bouche qui reste fraîche, « séveuse », aromatique, réglissée, épicée, fraîche, des tanins de dentelles, affichant une authentique longueur… c’est le vin du désir.

(5) Domaine du Vieux Télégraphe 1998 
Le classicisme castel-papal parle par son bouquet, puissant, animal et culinaire. La bouche solaire et capiteuse ne dément pas. C’est bon et ce le serai d’autant plus à table avec un gîgot d’agneau de 7heures et une poêlée de cèpes!

Millésime 1998, avantage Trevallon


(7) Abbaye de Valmagne  » Cardinal de Bonzi » Coteaux du Languedoc Grès de Montpellier 2003 
Une belle robe pourpre bleu entoure la toute nouvelle grande cuvée de l’Abbaye. Son nez intense de fruits noirs, de moka, de viande rôtie et une bouche ronde, débordante de saveurs fruitées et d’épices de garrigues, en font un vin remarquable, d’une grande netteté, qui devrait largement s’épanouir.

(9) Château La Voulte-Gasparets 2003 
Le terme « élégant » est ici absolument approprié car il qualifie la belle robe pourpre noir, le bouquet riche, floral, très « fraise des bois » et la bouche, ronde, acidulée, gourmande, poivrée, fraîche et longue. Bravo!

(10) Domaine Trevallon 2003 
Une matière idéale par son toucher de bouche, sa finesse, sa rondeur, sa puissance et sa vivacité. Les saveurs sont riches, les tanins construits comme le vaisseau spatial dans « Alien« . Sigourney n’est pas loin à moins que se soit Ridley Scott! Ce 2003 est à coup sûr « Une grande année« !*

(8) Domaine du Vieux Télégraphe 2003 
À nouveau des tonnes de parfums culinaires abordent nos narines, fruités, empyreumatiques, animaux, épicés. La générosité et l’équilibre du palais en font un modèle du genre méditerranéen, noir de soleil, frais et reposé comme après la sieste sous le figuier.

Millésime 2003, avantage Vieux Télégraphe

Avantage sur les trois millésimes : Vieux Télégraphe

Classement des dégustateurs :

  • 1er Voulte-Gasparets 1998
  • 2ème Vieux Télégraphe 2003
  • 3ème Abbaye de Valmagne 2003
  • 4ème Trevallon 2003

Le repas…

Le domaine du Vieux Télégraphe 2003 proposé en magnum était en tout point remarquable mais le Château La Voulte-Gasparets 1999 en magnum lui aussi, faisait le compagnon idéal d’un un civet d’agneau avignonnaise.

Merci à tous,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s