Sur les routes de France… RD2, La châtelaine

Au Bistrot d’Ariane à Lattes (Hérault)

De Bordeaux à St-Vivien-de-Médoc se déroule sereine et modeste, la route départementale 2. Traversant de haut en bas le Médoc, coté gironde, elle a la chance de se glisser entre les vignes du fabuleux vignoble bordelais où les noms de village brillent comme les signatures au bas des grands tableaux de maîtres. “Oh, ça c’est Margaux ! ça c’est Pauillac!” comme on dirait “ça c’est Van Gogh, ça c’est Matisse !” Cette route est aussi une chance pour celui qui l’ emprunte, celle de voir s’élever à ces cotés, quelques uns des plus beaux châteaux érigés à la gloire du monde viticole. Indéniablement la visite vaut le détour. Voici, pour illustrer ce voyage, quelques bouteilles provenant toutes de domaines où de vignes jouxtant la fameuse RD2. Toutes les vins ont été dégustés à l’aveugle, et les photos prises en voiture roulant sur le bitume sacré.

Léoville las Cases Montée vers Cos d'Estournel Pichon Longueville Comtesse de Lalande

Château Rollan de By cru bourgeois Médoc 1999  Habillé d’un robe pourpre-noire terne, ce Médoc présente un bouquet intense dominé par le boisé et l’animal. La bouche austère reste fermée aux palais, tannifiée par le chêne, la finale dure manque cruellement de subtilité. Château Ormes de Pez cru bourgeois St Estèphe 2001  Jolis rubis bleuté intense, nez puissant de fruits rouges, de fleurs et de torréfaction, jolie bouche souple agréable, élégante à l’attaque, prenant de l’amplitude mais aux tanins encore acerbes et chauds. Château La-Rose-Pauillac Pauillac 1990  Grenat et reflets tuilés, bouquet complexe mais marquant la fatigue par un manque de netteté, on note cependant des fruits confits, du cuir et du cacao. La bouche est simple,en demi-corps et finit un brin trop sec… ce vin semble avoir passé son apogée. (il fut mieux dégusté le 3/02/04 avec ***, voir commentaires à « dégustation » / « Pauillac ») Château Léoville Barton 2ème grand cru classé St Julien 1992  D’une robe grenat pourpre, au nez superbe d’épices, de fruits noirs, de cuir neuf et de viande grillée, ce vin nous offre une bouche pleine de vie, ronde, sensuelle, toute en souplesse et sans brutalité. Il est est aujourd’hui, parfait. Château Siran cru bourgeois Margaux 2000  Couleur grenat intense et reflets violines, un lot de parfums s’échappe du verre évoquant le pain toasté, le sang frais, les fruits des bois. La bouche est ronde, élégante, velouté et riche, très sexy et d’une jolie finale. Château Prieuré-Lichine 4ème grand cru classé Margaux 2001  Grenat profond, beau bouquet, puissant, classique et souligné d’épicés. Bouche margalienne par excellence veloutée, profonde, équilibrée, aux tanins savoureux, un régal qui ne saurait trop attendre . Château Cantemerle 5ème grand cru classé Haut-Médoc 1999  Robe grenat-violacé, nez simple d’une grande netteté par ses notes grillées et cacaotées, belle bouche souple, équilibrée, élégante, aux tanins fins de grande classe. Un peu plus de longueur et c’était un vrai bonheur! Château Cos d’Estournel 2ème grand cru classé St Estèphe 2001  Dès la robe pourpre noire, la classe parle. Le bouquet est superbe. Malgré le boisé intense, on note le catalogue complet des senteurs médocaines. Mais c’est en bouche qu’on fait la différence. Magnifique, tout est présent en quantité, tout s’équilibre et se complète, fraîcheur, suavité, tanins d’acier, longueur remarquable… finale tirée par un artificier de talent! Clos du Marquis St Julien 1989  Lors de mon passage au Château Léoville Las Cases en avril 1991, le maître de chais (son nom m’échappe) m’affirma qu’en 1989 leClos du Marquis égalait presque le grand vin. La robe profonde du nectar, son nez intense et bouqueté, sa bouche souple, ample et bien dessinée, ses tanins fins et sa longueur, me font penser que l’homme du vin avait raison et que j’aurai du en acheter beaucoup plus !

et au repas…

Château Agassac cru bourgeois Haut-Médoc 2002  Belle robe pourpre intense, nez intéressant d’épices, de fruits noirs, pâte de réglisse. Bouche à l’attaque franche, d’un joli volume, fraîche, déclinant ses arômes avec élégance et finesse, bonne longueur. Un vin simple mais excellent. Château Latour 1er grand cru classé Pauillac 1992 – Robe impeccable, mais nez manquant de netteté, liégeux et moisi. On devine cependant des notes de fruits noirs, d’épices et de cuir. La bouche est idoine de puissance moyenne, le plaisir est absent .. problème! Bravo à tous! Daniel Roche

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s