ROUTE DU VIN  2022 : De Saint-Paul de Fenouillet à Narbonne… en passant par Banyuls-sur-mer (Episode 6)

 

 

        Nous quittons Vingrau en direction de Maury pour notre étape nocturne. En cette fin de journée, satisfaits et heureux de nos conviviales rencontres, nous franchissons allègrement la dizaine de kilomètres qui sépare les deux villages. Le jour n’est pas tombé, les rues maurynoises sont désertes, point de restaurant ou de camion pizza pour assurer notre ravitaillement, aucune âme qui vive. Par bonheur, nous trouvons au fond de notre besace quelques « escoubilles »(1) de notre pique-nique sur la Berre (voir épisode 5) qui seront une satisfaction obligée à notre appétit. Nous nous consolons quand même, nous disant qu’un peu de régime lors d’un périple d’œnologique, ne peut pas faire de mal !
       La nuit est calme et au petit matin, l’esprit et l’estomac léger, nous nous dirigeons vers notre premier rendez-vous…

(1)  escoubilles : nom occitan signifiant « restes de cuisine » , « épluchures », « déchets », « ce qu’on met à la poubelle »… Tout ça ne donne pas vraiment envie, mais en Occitanie, on ne jette rien et on en fait une daube, un « fricot », dans l’Hérault en particulier, du coté de Gignac : le ragout d’escoubilles !  

—————–

Domaine  la Préceptorie

       Propriété du fameux Domaine de la Rectorie à Banyuls, la Préceptorie a été créé il y a 20 ans. Les 44 parcelles qui constituent le vignoble sont disséminées sur le très qualitatif terroir d’altitude des Fenouillèdes, dans les Hautes Corbières du Roussillon. Le caractère puissant du pays se retrouve dans les 10 cuvées, toutes différentes et toujours passionnantes à déguster. La tradition est présente, mais un vent de modernisme souffle sur l’esprit du domaine grâce à la nouvelle “Génération Parcé“  : je veux nommer  Martin, Augustin & Vincent.

Vincent.Parcé dans le chai à barrique de la Préceptorie

        On trouve dans la gamme, une dizaine de cuvées en vins secs blancs ou rouges IGP Côtes Catalanes, Côtes du Roussillon ou Maury, des Vins Doux Naturels en Maury et un « rancio sec ». Les dégustations se font sur rendez-vous à Banyuls ou à St-Paul de Fenouillet dans la nouvelle cave.

         Vincent nous a proposé une superbe dégustation et nous avons goûté tous les vins de la Préceptorie ainsi que ceux du Domaine Augustin (une autre version du domaine de la famille Parcé dirigé par Augustin ).

         Mon de coup de cœur en cette matin frileuse de mai  : « Vinum Praeceptoris » Vin de France :

        « C’est une cuvée de « rancio sec », qui s’adresse à un public averti ou curieux de découvrir l’autre hémisphère gustatif des vins catalans. Vinifiés sans aucune intervention après le pressurage des deux grenaches et du maccabeu, les vins subissent un élevage en barriques (sans ouillage) et en extérieur, c’est à dire à la température ambiante des Pyrénées Orientales ! La mise sous-bois peut durer de plusieurs années. Résultat : un vin entièrement oxydé dans le style des Fino d’Andalousie. Cette méthode dite « élevage oxydatif », devrait avoir une finalité catastrophique sur le vin, mais pas ici… Ici c’est que du bonheur !
      C’est un vin extraordinaire, aux reflets tuilés, au bouquet complexe de noix, d’écorce d’agrumes, de grillé, de curry… La bouche nous ouvre un pan inconnu du monde gustatif des vins classiques avec son équilibre, sa finesse, ses arômes rares, sa charpente, sa finale persistante, et son arrière-goût déroutant de bonheur.
 »      
 
       Avec les conseils de Vincent pour accompagner ce nectar : « … Misez sur des anchois de Collioure, un Comté affiné, une Mimolette ou un Parmesan ou alors simplement, en vin de méditation « .

Domaine  la Préceptorie  à Saint-Paul de Fenouillet  – 04 68 81 02 94

——————-

Domaine Jean Philippe Padiè

          Vingt ans déjà que Jean-Philippe Padié s’est installé à Calce, ce petit village d’irréductibles catalans, où Gérard Gauby a lancé dès les années 80, la nouvelle vague des vignerons de la “Catalogne Nord“.
          Jean Philippe a retenu les leçons du maître et les applique à sa façon pour faire des vins originaux, vibrants, telluriques, naturellement sains et tellement bons ! 
            Exemple : “le Petit Taureau“, un mariage des extrêmes, schistes/calcaires, syrah/carignan, ombre/lumière, yin/yang…(Vin de France – 15 €).
             « Milouise, (la réunion des arrières grands parents, Pépé Milou et Mémé Louise !) est une cuvée qui s’exprime par une mosaïque de cépages sur une mosaïque de terroirs. C’est un blanc élancé et joyeux, aux notes de fenouil et d’agrumes confits. Sa fraîcheur en bouche et sa délicate minéralité en fond un vin franc de pure souche catalane (Vin de France – 30 €).

           On trouve cinq autres cuvées, toutes originales et savoureuses, qu’il faut goûter impérativement : “Fleur de Cailloux“ tout en finesse, aérienne, salivante, “Tourbillons de la vie“ un grenache souple et juteux, “Le Cailhoum“ de vieux carignans pleins d’énergie et de fruits, “Gibraltar“ puissant, épicés et persistant à souhait…
        Au domaine Padié on trouve des vins à forte personnalité, comme Jean Philippe, un homme d’une humanité et d’une gentillesse qui font chaud au cœur !

       Chaque année au printemps, les vignerons de Calce organisent « Les Caves se rebiffent« , un salon à leur image débridé et foutraque ! C’est bien sûr un évènement à ne pas manquer. 

Domaine Jean Philippe Padiè à Calce  –  06 99 53 07 66 

—————–

         Avec ses pieds qui trempent dans l’onde bleue de la côte vermeille et son fabuleux vignoble en terrasses, le village de Banyuls-sur-Mer est une étape obligée pour qui porte le moindre intérêt à l’esprit catalan et aux grands vins liquoreux.
        Le vignoble banyulenque est unique. Les parcelles de vignes qui dévalent en pentes aiguës, les sols de schistes extrêmement pauvres et acides, le climat sec et chaud où de violents orages  peuvent éclater avec surprise et les rendements naturellement faibles font des Banyuls des vins doux, puissants et merveilleusement complexes.  Ils peuvent présenter des goûts souvent évolués de rancio après un long élevage ou de fruits exubérant, lorsqu’il sont embouteillés sur leur jeunesse, comme les grands Vintage de Porto.
          Banyuls est aussi la patrie du sculpteur Aristide Maillol où, quelques kilomètres du centre-ville, un musée lui est consacré. Créé par Dina Verny, son modèle, il se tient dans l’ancienne demeure d’hiver de l’artiste, c‘est un joli endroit qui rend hommage à son talent  à travers une superbe collection de sculptures. Sa tombe repose dans le jardin, près de la statue « Méditerranée ».

« La sardanne à Banyuls-sur-mer », composition de Suzanne Ballivet (page 160 du Livre « La Route du Vin »)

—————–

Domaine Vial-Magnières

        Vous avez certainement déjà goûté du Banyuls, mais connaissez-vous le blanc ?…

        Le fameux vin doux naturel de la Côte Vermeille se décline en trois couleurs. Déjà reconnue en appellation en 1936, il aura fallu attendre 50 ans pour voir sortir la première bouteille de Banyuls blanc. C’est Bernard Saperas au Domaine Vial-Magnières qui eut l’idée géniale d’assembler uniquement grenaches blancs et gris, vinifiés à la manière des Muscats de Rivesaltes. Le succès est immédiat, les amateurs s’esbaudissent, tous les domaines emboitent le pas, même ceux qui n’y croyaient pas ! Ainsi, en 1986 nait la cuvée “Rivage blanc“.

      « Rivage blanc » est une  vraie merveille de la nature. Habillée d’une robe dorée brillante, la cuvée offre un bouquet sensationnel d’abricots secs, d’amandes, de miel et de zestes d’agrumes. Tandis que le palais s’affole au contact de la douceur des arômes fruités et de l’équilibre des saveurs, la finale laisse le dégustateur méditer longuement sur les notes d’oranges et de melons confits, comme un avant-goût du bonheur terrestre. (Banyuls blanc  2018 – 22 €)

        Le Domaine Vial-Magnières est une propriété familiale depuis quatre générations. Bernard Saperas, époux de Monique Vial, était chimiste et directeur d’un laboratoire d’agro-alimentaire d’analyse à Perpignan. Tous deux venaient passer les week-end à Banuyls dans la petite propriété de la belle-famille et donnaient, à l’occasion, un coup de main à la vigne. En 1985, Bernard découvre “Al Tragou“ (« à la régalade ») la magnifique cuvée de très vieux Banyuls du beau-père… Coup de foudre ! Il est fasciné et s’installe définitivement au domaine.
     Un vent nouveau souffle alors dans la vaste demeure de la rue Edouard Herriot et sur les 10 hectares de vignes disséminés en terrasses face à la mer, au bleu omniprésent ! Il apporte des améliorations à la cave mais sans la moderniser entièrement pour qu’elle garde son cachet et ses bonnes odeurs de raisins confits et d’épices boisées. Il installe entre les cuves des enceintes Hifi pour que les cuves et les vieux foudres puissent écouter des concertos du divin Mozart et autres toccatas du Cantor de Leipzig (véridique !). Il développe les cuvées de Banyuls sur différents types et longueurs d’élevage.
      Il sort “Armenn“ un Collioure blanc “à tomber par terre“. Il ajoute à sa gamme “Ranfio Cino“ dans le style « rancio sec“, une cuvée élevée en vin de voile. Je précise qu’un vin de voile n’est pas un vin qui a navigué sur les barques catalanes naviguant, sereins, dans la baie de Collioure !.. Il s’agit d’un voile de levure qui couvre la surface du vin dans la barrique, lui donnant un gout incroyable de noix fraîche, d’écorce d’orange et d’épices…). “Ranfio Cino“ reprend ainsi une vieille tradition catalane tombée un peu en désuétude, qui se révèle admirablement à table sur des jambons espagnols ou des anchois… de Collioure évidemment !

       Enfin, il ouvre le « Cami (chemin) d’Anicet », un superbe parcours pédestre en hommage au dernier muletier de Banyuls, qui permet de découvrir les vignes et les terrasses du cru où s’associent mer, montagne et soleil. Certainement un des plus beaux paysages viticoles au monde… Quelle énergie et que de belles intuitions vous avez eues Monsieur Saperas !

       Malheureusement Bernard Saperas n’est plus là pour entendre nos louanges, car pendant les vendanges 2013, alors qu’on ne l’attendait pas, la camarde a eu la mauvaise idée de passer par Banyuls, emportant le génial personnage !
      Aujourd’hui c’est Crystel et Olivier Saperas qui s’occupe du domaine, aidés par Laurent Da Zovo, œnologue de valeur. Ensemble ils poursuivent l’œuvre des parents en y insufflant un vent de modernité, à travers les choix de vinification.
        À Vial-Magnières, l’accueil est adorable, les vins aussi et méritent largement un détour par Banyuls pour une jolie rencontre, celle des hommes et des divins nectars.

       Mon coup de cœur de la dégustation :  Banyuls Grand cru « Hors d’âge » 2005
« C’est avec un liquoreux fabuleux, ce Banyuls ne peut qu’offrir un plaisir intense aux aficionados des vins doux naturels de la Côte Vermeille. Avec sa belle robe grenat intense, il se livre généreusement aux désirs des papilles, avec ses notes de fruits noirs, de cacao, de havane, de figues sèches, de grillé… Bref un grand classique dans toute sa splendeur… Bravo ! »   

Domaine Vial-Magnières à Banyuls – 04 68 88 31 04

——————-

Une idée pour séjourner  à Banyuls :

le Clos Saint-André

          Dans une grande et belle villa année 50, au centre du village, trois chambres d’hôtes de charme, où se conjuguent architecture traditionnelle et design vous attendent pour un séjour de qualité. L’endroit est fabuleux (le mot est ici pleinement justifié). Vous découvrirez deux suites spacieuses au charme sophistiqué, dotées chacune d’une terrasse privative où est servi le petit déjeuner. À la tombée du jour, on peut aussi y siroter un verre de Banyuls blanc du domaine Vial-Magnières… Le luxe à la française teinté des couleurs catalanes.

Clos Saint-André à Banyuls – 14 rue Edouard Herriot à Banyuls-sur-Mer – 06 32 98 53 90

——————-

      Voilà, c’est bientôt la fin, le chemin du retour. Après 10 jours à sillonner routes départementales, chemins de vignes et coteaux caillouteux, nous vous allons clôturer le parcours par la visite chez un vigneron qui me tient particulièrement à cœur, et il faut que je vous dise pourquoi…
 
    Vous savez que notre vie se construit de nos souvenirs, bons ou mauvais d’ailleurs (et je préfère garder les meilleurs en mémoire). Donc, lors de ma première année d’activité vineuse à la cave du syndicat de l’appellation Coteaux du Languedoc à Lattes, je reçu en cadeau le livre de Jean Clavel « Vins et Cuisines de terroir en Languedoc« . Je découvrais dans ces pages, l’histoire de la gastronomie languedocienne et de nombreuses recettes richement illustrées de photo, toutes accompagnées de vins en accords. Je remarquai une d’entre elles à la page 62 du livre. Il y était décrit la « Fricassée de baudroie en saupiquet » proposée avec le Château Rouquette sur Mer blanc 1986.
      La photo était magnifique et mes papilles frémissaient déjà du regard !        Un peu plus tard, je goutai ce vin et, fortement impressionné par les qualités de ce bourboulenc (2) de La Clape, je me décidai d’all
er au plus tôt, faire une visite des lieux. Ce qui fut fait dans les jours qui suivirent.
     Je profitais de ma journée de repos pour aller à Narbonne-plage. J’étais alors un tout jeune sommelier, « tout nouveau, tout beau » dans la profession, tout en questionnement sur ce monde merveilleux que je découvrais jour après jour. Une fois sur place,  je fus comme sidéré par la beauté des lieux et par l’accueil que m’offrit le maître des lieux, Monsieur Jacques Boscary. D’une gentillesse extrême, il prit de son temps pour me faire la visite du domaine en 4×4, puis celle de la cave et pour finir une dégustation complète. Je partais enchanté de ce moment divin avec un carton de « vin cadeau » sous le bras… Vous vous rendez compte, un carton de vin offert ! Moi parfait débutant, qui venait de recevoir un véritable cours d’œnologie et prendre trois heures de son temps à cet adorable personnage, alors qu’il ne me connaissait même pas… et en plus, il m’offrait un carton de vin !…
     J’imaginais alors que ce métier allait me plaire, et je ne me trompais pas !

     Il y a, comme ça, des souvenirs qui ne s’effacent pas. Trente-trois ans plus tard, je vous dis encore, Merci Monsieur Boscary !

——————-

Château Rouquette sur Mer

         L’endroit est magnifique, comme un amphithéâtre regardant la mer. Les vignes, réparties sur plus de 400 hectares de garrigues et pinèdes du massif de la Clape, reçoivent la fraîcheur des brises marines, si favorables à l’équilibre des vins et à leur complexité aromatique.
      La bâtisse est fort accueillante tout comme le propriétaire, le sympathique et toujours souriant Jacques Boscary qui, “bon pied, non œil“, n’hésite pas à emmener les amateurs, en balade au cœur de cet incroyable domaine peuplé de vignes, de pinèdes, de maquis riches de senteurs méditerranéennes.

Château Rouquette sur mer « Cuvée Arpège » AOP La Clape 2021 et Gravelax de saumon sauvage et brioche.


Château Rouquette sur Mer à  Narbonne plage – 04 68 65 68 65

———————–

 

le dernier épisode de « la route du Vin 2022 est paru dans Midi Libre, le dimanche 21 aout

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s