Nuits-Saint-Georges… Un village en Bourgogne

Au Mazerand, Lattes (Hérault)

Ville affable et très vivante, Nuits-Saint-Georges est depuis des siècles une active cité du vin. Elle donne son nom à la Côte de Nuits et se place sous l’étendard de Saint-Georges, son cru le plus fameux. Deux zones de vignoble se distinguent sur l’appellation instituée dès 1936, regroupée sur 2 communes (Nuits-saint-Georges et Premeaux-Prissey). Sur la partie sud, on trouve sur les sols rocheux les 1 er crus (« les Cailles », »les Saint-Georges« …) qui donnent des vins très corpulents et assez tanniques. Les vins des crus situés au nord de la ville s’ouvrent plus vite et sont d’emblée plus tendres («  les Chaignots « , » la Richemone « …). Le point commun de tous les vins reste une admirable propriété à se bonifier avec le temps

Les vins ont tous été carafés à l’avance et dégusté dans cet ordre en verre Spiegelhau Authentis.

 

Pierre Lamotte 2005 
Le vin présente une couleur rouge cerise pale et brillante. Le nez timide, laisse deviner des notes de fruits rouges, de terre et de réglisse. Quant à la bouche, ronde à l’attaque, elle est simple, fuyante et ne laisse guère de souvenir. Peu satisfaisant pour l’AOC.

Daniel Bocquenet 2004 
Paré d’une robe sombre et brillante, le vin exhale sans excès les senteurs classiques d’un bourgogne rouge: cerise noire, terreau humide, gibier, tabac, écorce d’orange… La bouche est souple, fruitée, élégante, fraîche et facile. Un vin modeste mais correct.

Dominique Laurent « cuvée tradition » 2003 
Le talentueux éleveur de Nuits St Georges continu à exercer son art par petites doses, pièces par pièces, micro-cuvées à prix élevés et vins d’appellation communale distribués plus largement. C’est le cas de cette « cuvée tradition » qui fleure tout de même le modernisme par ses notes nettes de fruits noirs, de caramel, de sous-bois, de dahlia, de charcuterie et de poivre. La bouche est remarquablement équilibrée, gouleyante et profonde, fraîche et savoureuse, gourmande et longue. « Une vraie friandise!… »

Domaine Faiveley 1 er cru « les Porêts-Saint-Georges » 2001 
Dès l’accès au premier cru, on perçoit la différence de ton. Couleur grenat foncé, nez intense de cuir, de jambon fumé, de burlat, de suie. En bouche, le vin se fait grand séducteur par son velouté et sa puissance induite. La finale est tannique, longue et kirschée.

Domaine Robert Chevillon 1 er cru « les Cailles » 2000 
Situées dans sa partie sud du vignoble, ces « Cailles » nous réchauffent le cœur et nous régale de son puissant bouquet de framboise sauvage, de violettes, de filet de bœuf saignant au poivre vert. Le vin est somptueux en bouche, riche et velouté comme une culotte de petit jésus.

Chopin-Groffier 1 er cru « les Chaignots » 1996 
Le millésime fut excellent en Côte d’Or et les bons vignerons n’ont pas laissé passer l’occasion de produire quelques nectars sublimes. Exemple de solarité maîtrisée, ce 1 er cru proche du terroir de Vosnes présente le meilleur du pinot noir. En septembre 2004, j’avais déjà écrit à son sujet : “Chez Chopin, on connaît la musique!” on oubliera très vite ce jeu mot lourdingue quand, dans le verre, arrive ce Nuits à la robe obscure. Le nez énorme développe des senteurs de cerises noires, de liqueur de cassis, de violette, de havane et de chêne grillé. Corsé, riche en extrait, il se montre imposant, massif avec des arômes généreux de moka et de confiture de mûres « . Je persiste .

Confuron-Cotetidot 1995 
Domaine star de la Bourgogne, Jack Confuron et maintenant Jean-Pierre son fils vinifient les raisins de pinot noir dans la plus grande tradition : ramassés mûrs, vinifiés entiers et macérés longuement. Le résultat est superbe avec ce Nuits générique, délicieux, aux senteurs intenses de fruits et de terres mouillée, à la bouche classique et pure, aux saveurs gourmandes qui laissent au palais l’envie indéniable d’y revenir.

Pernin-Rossin 1 er cru « la Richemone » 1995 
C’est un feu d’artifice, un véritable bouquet de parfums qui se dégagent du verre. Les parfums de cassis, de réglisse poivrée, de cuir, de mousse, de rose, de genièvre s’exposent subtilement à nos narines. En bouche, la souplesse et la puissance semblent faire bon ménage. C’est un vin gai, organique, « funky », la longueur est superbe et la finale savoureusement fruitée.

————————

Domaine Faiveley 1 er cru « les Chaignots » 2003 

Au repas, ce « Chaignots » 2003 a séduit l’assemblée par sa puissance,  son boisé gourmand, ses tannins souples et fins, sa longueur exemplaire.

Merci à Tous et une fois encore… Vive les bons vins de Bourgogne!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s