TOUS LES CHENINS MÈNENT ARÔMES !

… ET TOUS LES CHEMINS MÈNENT AU CHENIN !

 

         Le chenin est certainement un des cépages blancs  les plus qualitatifs. Il donne aux vins  une structure d’une belle acidité ce qui peut donner des vins de tous types, secs et effervescents. De plus, le chenin a une bonne capacité à développer la pourriture noble, permettant la réalisation de vins moelleux ou liquoreux. On lui connait une très grande capacité de garde.

 

        Originaire de l’Anjou, le chenin est aujourd’hui l’un des grands cépages blancs de la vallée de la Loire. Il est présent dans à peu près tous les vignobles du monde et très représenté en Afrique du Sud.

———- 0 ———

La dégustation :

                                  

Montlouis sur Loire  – Domaine La Taille au Loup   Triple Zéro                * * *
         Le verre à la couleur jaune pâle traversé de reflets dorés, est animé par un cordon persistant de fines bulles. Intense est frais le nez conjugue avec élégance les arômes de pamplemousse, de pomme et de fleurs blanches. Équilibrée et expressive, la bouche énergique et harmonieuse s’étire sur une belle longueur acidulée.

 Stellenbosch (Afrique du sud)  – Raats Family   Original      2019             * * * (*)
              Derrière une sobre robe jaune pâle, cette cuvée révèle un nez généreux très fruité enrichi par des nuances d’amandes, de noisettes et de tilleul. Soutenu par une fine minéralité jusqu’à la finale, la bouche marie avec une grande harmonie la rondeur et la fraîcheur, la tendresse et la vivacité. La finale vive et fruité laisse présager un joli potentiel de garde.

Pénedès (Espagne)  –  Can Rafols del Caus   La Calma   2019               * * (*)
        Le Chenin, élevé ici au contact du bois sous le soleil de Catalogne déploie ses habituelles séductions : fruits jaunes, orange, abricots, tabac blond.  Stimulée par de fines touches épicées et méliques, la bouche offre une rondeur gourmande évoluant vers une belle fraîcheur qui stimule les papilles.

Chinon  –  Domaine Baudry    le Domaine  2008                                       * * *
       Généreuse et complexe, la palette aromatique évoque les notes épicées, florales et fruitées. Longue et intense en bouche les saveurs onctueuses des fruits compotés, de pain d’épice. Une délicate fraîcheur soulignée de touche légèrement saline semble transmise par le terroir. Avec plus de 12 ans d’âge ce joli Chinon blanc n’a pas pris une ride !

IGP Pays du Gard  –  Domaine Roc d’Anglade                 2010                           * * (*)
      Habillé d’une robe jaune cuivre, le vin de Rémy Pedreno ouvre son catalogue de parfums sur des fruits jaunes mûrs, du cuir et des zestes d’agrumes confits. Le palais au caractère solaire affirmé joue sur la rondeur, les épices douces et le miel. La finale persistante est tonifiée par un trait d’amertume.

Anjou  –  Domaine Delesvaux       Authentique (franc de pied)      2015    * * * * (*)
         Ce merveilleux chenin a fait l’unanimité autour de la table. Ses fruits blancs, croquants et intenses, ses notes florales de tilleul et d’aubépine forment un bouquet complexe et généreux. Sa chair dense et soyeuse servie par une jolie fraîcheur et un gras bien marié, forme un vin de haute expression, de grande dimension est parfaitement équilibré. Voilà  une très belle bouteille qui peut encore s’affiner en cave et qui pourra rendre heureux l’amateur pendant de nombreuses années

Vouvray sec   –  Domaine Huet       Le Mont           2010                                      * * * *
         Le vin arbore une robe jaune paille intense, d’une limpidité parfaite. Le nez gourmand est d’une grande complexité marie les nuances florales au fruité de la pêche mûres et de l’abricot rôti, agrémenté par de délicieuses notes de miel et de raisins secs. On retrouve cette symphonie de saveur dans un palais ample, velouté, généreux et d’une longueur rare qui séduit par son équilibre irréprochable entre  arômes confiturés et acidité pleinement maîtrisée. Voilà certainement une expression des plus abouties du Vouvray.

Savennières  – Clos Coulaine      2000                                                                  * * (*)
        Plaisant et élégant, ce blanc de fraîcheur s’exprime autour de notes de fleurs blanches, de fruits juteux et de zeste d’agrumes. La trame acidulée donne à la bouche une belle énergie mais semble manquer de volume et de gras. Le vin termine un peu brutalement sur de fins amers. L’âge en est peut-être la cause.

 Savennières – Coulée de Serrant  –  Clos de la Coulée de Serrant  1998     * * * * *
        1998… c’est le 868ème millésime pour cette Coulée de Serrant. Les premiers ceps de chenin furent plantés ici à 1130 par les moines cisterciens. Ils s’étendent aujourd’hui sur 7 hectares d’incomparables coteaux schisteux très pentus et cultivés, comme on le sait, en biodynamie depuis 30 ans par le maître Nicolas Joly. Petits rendements, vendanges manuelles en cinq passages sur plusieurs semaines pour obtenir une maturité optimale, vinification lente en demi-muids usagés, voici quelques un des secrets de cette « goutte d’or » comme le nommait Louis XIV.          De ce fait, ce vin est doré quand comme un moelleux. Au nez, passées les premières notes oxydatives portées sur la noix apparaissent des senteurs d’oranges amères et de brioche et surtout cet incroyable minéralité aux accents de pierre froide qui fait la grandeur de ce cru. Fraîche et tendues à l’attaque, la bouche développe une matière danse chaleureuse, avec cette droiture en soutien de quelques nuances pétrolées, bientôt relayée en finale par les abricots secs et les agrumes mûrs (écorces d’orange et confiture de lime). Un vin unique et par nature atypique qui révélera encore tout son potentiel dans les prochaines années.

Montlouis sur Loire  (demi-sec)  –  Laurent Chatenay  La vallée     2005     * * (*)
            Laurent Chantenay signe un vin légèrement doré, aux arômes d’abricot, équilibré et long en bouche. L’intensité du palais, sa longueur une agréable fraîcheur contribue aussi au charme de celui de demi-sec à boire sur une viande blanche.

Vouvray moelleux  –  Clos Naudin  Réserve  2003                                    * * * * *
          En dégustant les Vouvray de Philippe Foreau, tout devient clair, lisible dans le chenin.
Sous une robe jaune dorée intense, ce moelleux 2005 dont les raisins ont été triés sur le volet, déploie un nez complexe qui associe avec finesse des senteurs de poire, de coings, de fruits confits et de miel embellies par de délicates nuances d’acacia et d’épices… Un festival ! À l’unisson, la bouche fraiche et acidulée à l’attaque, se révèle ample, charnue et d’une richesse extraordinaire avec des saveurs confiturées de pêches jaunes, de caramel, de crème de noisette et d’agrumes confits.
          C’est un vin magnifique, profond, élégant et fabuleusement gourmand, d’une incroyable longueur qui offre pour de nombreuses années, de belles perspectives hédonistes.

———- 0 ———

LE REPAS :

Pavé de saumon, risotto aux champignons

Saumur  –  Château de Hureau    L’Argile   2016

———- 0 ———

Tarte Bourdaloux aux poires

 

Coteaux du Layon  –  Domaine Milhoudy    Les Valoises   1997

Coteaux du Layon  Rochefort  –  Domaine de la Motte      1994

                                  ———- 0 ———

Mardi 1er  février 2022 restaurant Mazerand (Lattes) 

 Merci à tous,

 Daniel Roche
 

Les photos sont de Marc Touchat

Barème des notes : 
         –   vin défaillant, 

         *   vin moyen, décevant, 
      * *    bon vin, correct, 

    * * *   très bon vin,
  * * * *   vin excellent, de haut niveau, 
* * * * *   vin exceptionnel, magnifique

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s