Gigondas, vs Vacqueyras, le grand match

 

Au restaurant Le Bistrot d’Ariane

« Vins capiteux, robustes et bouquetés… » Voilà comment les encyclopédies, guides et autres littératures sur les vinsdentelles présentent les deux crus des Côtes du Rhône que sont Gigondas et Vacqueyras Pourtant, ces deux terroirs n’ont pas bénéficiés des me »mes indulgences auprès des instances officielles de classement et par conséquent, du public. En effet, c’est en 1990, vingt ans après Gigondas, que l’appellation Vacqueyras est passée au rang suprême de « Cru », c’est à dire que le nom de la commune principale de production se suffit à elle même sur l’étiquette (pour simplifier bien sûr). Mais les amateurs ne s’étaient pas trompés et portaient déjà dans leur coeur les vins de ce joli village de Provence situé à quelques kilomètres seulement de son « voisin romain ». Les protagonistes de la dégustation se sont révélés très sérieux et d’un très haut niveau général. Quatre producteurs de chaque cru, soit huit bouteilles, ont été confrontés à l’aveugle, carafés deux heures à l’avance et servi à 180 dans un ordre décidé par tirage au sort.

 

Domaine SANG DES CAILLOUX « cuvée Lopy » Vacqueyras 1996 (non notée , bouteille souffrant d’un défaut de bouchon, un seul exemplaire malheureusement disponible)

Domaine LES GOUBERT GIGONDAS 1997

  • robe intense profondément colorée, rouge rubis brillant
  • nez puissant marqué par les épices, le zan et les fruits noirs
  • la bouche est ronde, bien construite, simple et d’une belle corpulence. Elle déploie des arômes nets et frais de fruits, de garrigue et évolue vers des notes animales et de terre un peu rustiques. Moyennement longue (6) elle laisse une jolie impression de chaleur bien typique de son terroir. (Du même Domaine, nous avons adoré le Sablet blanc Côtes du Rhône village 1997***)

Château DES TOURS « Réserve » VACQUEYRAS 

  • robe tendre, rouge rubis, léger reflet orangé
  • moyennement intense mais complexe, le nez séduit par ses parfums de fraises confites, d’épices douces, de cuir, de sous-bois
  • « gourmande », la bouche donne le ton. Souple, fondue, confiturée, riche, elle évolue sur des arômes de thé, de caramel, de fruits confits, pour finir subtile et délicate. Un peu plus de puissance et ce serait l’extase!

Château de TRIGNON GIGONDAS 1997

  • rouge grenat tendre
  • superbe nez d’une belle compléxité: fruit noirs sauvages, grillé, épices de garrigue, confiture de griottes, menthol
  • équilibre parfait en bouche sur une dominante de rondeur et de gras, les tannins sont fondus, la matière présente et très agréable. Longueur correcte (7) c’est l’expression du classicisme sage et élégant.

Domaine SANTA DUC GIGONDAS 1997 

  • rouge intense grenat profond
  • nez complexe s’ouvrant doucement à l’aération et développant des parfums élégants de mure des ronciers, réglisse, violette, cerise noire, et sous bois truffée…
  • bouche élégante et fraîche, tout en retenue, la matière est équilibrée, les tannins serrés et fins. C’est un vin en devenir qui demande de l’attention mais récompensera les patients.

Domaine Le CLOS DES CAZAUX « cuvée des templiers » VACQUEYRAS 1997

  • robe pourpre violacée intense
  • nez riche et intense de fruits rouges mûrs, de bonbon à la violette, de pain grillé, d’épices
    exotiques, de pruneaux confit, de réglisse…
  • tout en étant équilibrée, la bouche fait preuve d’une superbe concentration et d’une élégance « classieuse ». Belle longueur (8), on en redemande, mais un séjour en cave devrait l’épanouir d’avantage. Bravo!

Domaine TARDIEU-LAURENT « vieilles vignes » VACQUEYRAS 1997 

  • rouge violacé intense, la fougue de la jeunesse
  • nez débordant de parfums de vanille, d’olive noire, de pain d’épices, de camphre, de cassis, boisé présent, mais quelle complexité
  • riche en glycérol, la bouche est voluptueuse, gourmande à souhait et parfaitement équilibrée.
    La barre est haute! c’est déjà très bon à boire grâce à sa structure sphérique. vinification et élevage un peu commercial pour les puristes qui trouvent le bois trop présent. Epicurien!

Domaine RASPAIL-AY GIGONDAS 1996 
rouge grenat pourpre profond nez de garrigue, de fruits très mûrs, de cuir, de poivre , de cerise noires, l’ensemble est harmonieux et d’une « puissance tranquille » corsée, la bouche présente un équilibre sphérique et invite dès l’attaque à la jouissance gourmande. C’est élégant,net, frais, glycériné,aromatique. Sans concesssion moderne, il incarne pour nous le modèle du Gigondas, vin généreux, ensoleillé et gourmand par excellence. Pendant la dégustation, un silence admiratif a couru dans l’assemblée… on entendait déguster les anges

Merci à tous,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s