Saint-Emilion, enfin classé !

 Bistrot d’Ariane à Lattes

Depuis 1999, le village de Saint-Émilion est classé au patrimoine mondial de l’Unesco tout comme les pyramides de Gyseh, la vieille ville de la Havane ou le canal du Midi de Pierre-Paul Riquet et bien d’autres merveilles.

Les vins, eux, bénéficient d’un classement en Grands Crus depuis le 7 octobre 1954. Une particularité singularise cette hiérarchie par rapport aux autres classements de vignoble, il est révisable tous les dix ans, la dernière modification ayant eut lieu en 1996.
Voici pour finir le siècle en beauté une belle série de domaines de Saint-Émilion classés en: Grands Crus – Premiers Grands Crus classés B – Premiers Grands Crus classés A.

Les bouteilles ont été carafées deux heures avant, et servies dans cet ordre:

Château Grand Mayne 1993 Saint-Emilion Grand Cru
Robe rouge grenat intense légèrement évoluée. Le nez sur-puissant déroule des parfums de cuir, de fruits mûrs, de grillé et d’épices. Corsé et massif, il reste équilibré en bouche, riche, sévère, aux tanins musclés. Accompagnera gibier et viande en sauce.

Château Canon 1985 Saint-Emilion Premier Grand Cru classé B
Belle robe rouge profond, tuilée. Les arômes de sous-bois, de truffe, de cacao, de gibier à fourrure démontre l’âge et la race de cette bouteille qui garde en bouche rondeur et fraîcheur agréable. L’élégance est de mise et la finale, classique de caramel et fruits confits.

Château Angélus 1992 Saint-Emilion Premier Grand Cru classé B
Reflets violacés sur un rouge grenat noir intense, voilà un vin encore très jeune et étonnamment concentré pour le millésime. La complexité du nez et sa richesse en rajoute, intense, mûr, empyreumatique, épicé. Beaucoup de fraîcheur en bouche, belle matière, tanins élégants, super longueur, ce cru mérite sans conteste son reclassement récent dans le haut de la hiérarchie.

Tertre-Roeteboeuf 1994 Saint-Emilion Grand Cru
La très belle robe intense rouge pourpre ne laisse pas indifférent, ainsi que le nez serré, concentré aux parfums de cassis, de pétrole, de tabac et d’herbes coupées. En bouche, la densité et la profondeur sont la preuve d’un vin riche, à l’austérité élégante et racée.

Château Figeac 1990 Saint-Emilion Premier Grand Cru classé B
D’un rouge pourpre noir intense la robe émerveille déjà. Le nez est théâtral, et déborde de cassis mûr, de chocolat, de fruits confit, de caramel, d’épices exotiques. La bouche est sphérique, pulpeuse, superbement équilibrée et longue… un modèle de classicisme.

Château Cheval Blanc 1986 Saint-Emilion Premier Grand Cru classé A
La robe est parfaite grenat intense. Presque fermé, le nez évoque les fruits noirs, le pain grillé, le tabac les griottes. Modèle du genre, la bouche repose sur un équilibre parfait, tout est présent, gras, fraîcheur, tanins fins. Encore très jeune, il va sans doute s’épanouir. Cheval Blanc ne trahi pas sa réputation, il est… élégantissime.

Également dégustés:
Château Canon-La-Gaffelière 1959 Saint-Emilion Grand Cru
Château cheval blanc 1964 Saint-Emilion Premier Grand Cru classé A

Ces deux antiquités apportées par un membre du club ont crée la surprise de la soirée. Deux grands crus, deux beaux millésimes et deux vins riches, concentrés, admirablement équilibrés (surtout Cheval Blanc) aux arômes tertiaires et à la longueur encore impressionnante. Séquence émotion!

Grands souvenirs pour cette dernière dégustation de l’année. Encore bravo et merci .
Votre dévoué,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s