Vouvray, l’excellence de la Touraine

Bistrot d’Ariane, Lattes (Hérault)

Sur 2100 hectares et sur deux types de sols, les « Aubuis » (argilo-calcaire pierreux) et les « Perruches » (argile à silex), le cépage chenin fait des merveilles . (ici il s’appelle « pineau de Loire ») dans les vins de Vouvray, qu’ils soient secs, demis secs, moelleux ou pétillants. Ce terroir exceptionnel et ce cépage qui ne l’ait pas moins donnent à ces vins blancs une finesse et une capacité de vieillissement tout à fait extraordinaires.

Les vins ont été dégustés étiquettes apparentes, en verre Spiegelau « Expert » et dans l’ordre suivant.

Château Moncontour (1) Méthode traditionnelle brut 2003 
Servi en mise ne bouche, ce pétillant joliment aromatique nous a séduit par sa nervosité ses notes finement fruitées et ses bulles caressantes.

Domaine Coteau de la Biche Sec 2004 
Le vin à la jolie couleur jaune pâle à reflet vert et à la franche acidité ne trahit pas son origine. Il s’exprime dans le registre floral et minéral. Sa fraîcheur le rend très agréable à boire, peut être sur un poisson grillé.

Domaine de la Taille au Loup « Clos de Venise » Demi-sec 1999 
Installé depuis plus de dix ans à Montlouis avec le succès que l’on sait, Jacky Blot exploitent maintenant quelques hectares à Vouvray. Le vin présente un nez fin et intense de coings mûrs, de cire, de paille fraîche, le tout souligné de notes grillées. La bouche minérale et équilibrée est superbe, sa faible dose de sucre le rend gras, gourmand et long.

Domaine du Clos Naudin Demi-sec 2002 
Les vins de Philippe Foreau sont réputés pour leur régularité exemplaire. Chaque année est une réussite au domaine et les amateurs ne se trompent pas d’adresse. Ici ce demi-sec montre une couleur or pâle brillante, un nez riche et complexe où se nuancent les notes de chèvrefeuille, de coing, d’abricot frais. La bouche merveilleuse de pureté offre au palais un équilibre idéal, beaucoup de rondeur, de fruit et de persistance fraîche, un régal !

Domaine des Aubuisières Moelleux 2002 
Par sa fraîcheur, sa finesse aromatique sa minéralité harmonieuse, il représente pour l’amateur une référence en Vouvray. Ce moelleux est dégusté ici dans forme juvénile : jaune vert, nez de fruits mûrs élégant un peu timide, doué d’une belle rondeur en bouche, aux notes d’acacia et de coing.

Domaine Champalou Moelleux 1997 
Didier et Catherine Champalou n’économisent pas leurs efforts pour produire des vins délicieusement gourmands et frais. Issu d’un millésime riche, ce moelleux à couleur d’or distille généreusement ses parfums de fruits confits, de réglisse, de miel et de confiture de rhubarbes. La bouche est ronde, harmonieuse, très fruitée, savoureuse et ferait bien des heureux avec une tarte des sœurs Tatin.

Prince Poniatowski « Aigle Blanc » Moelleux 1990 
Sa couleur étonne par sa brillance et son reflet or pâle argenté, le nez éloquent évoque l’écorce de mandarine, l’amande grillée, le sous-bois de printemps, la cire. En bouche, l’étonnement perdure avec une faible sucrosité, ses notes de pot-pourri de fleurs et sa minéralité qui rappelle le pétrole. Enfin, la longueur est remarquable.

Domaine Huet « Clos du Bourg » Moelleux 1990 
Le domaine phare de Vouvray est encore au rendez-vous du plaisir des sens. Les vins de Noël Pinguet donnent toujours à l’amateur de belles émotions. Ce « Clos du Bourg » âgé de 16 ans s’ouvre sur de délicates notes de truffe puis distille une mosaïque de parfums floraux, fruités et minéraux d’une grande élégance. La bouche est riche, évoquant la confiture de roses et d’autres arômes précieux… top !

Domaine du Clos Naudin « réserve » Moelleux 2003 
Le terroir superbe et la canicule ont donné à ce moelleux une richesse tout à fait remarquable. Son bouquet intense de fruits, de notes florales et d’épices douces, une fraîcheur réjouissante, une matière dense, des arômes précis et fins sont autant de garantie pour un voyage de plusieurs décennies tout de plaisirs assurés.

Également dégustés pendant le repas :

Poulet aux écrevisses et Domaine Huet « Le Mont » Sec 1999 ***

Millefeuilles aux framboises et Domaine du Clos Naudin Moelleux 1996 ***(*)

Merci à tous,

(1) Le Château de Moncontour a été longtemps convoité par Balzac qui n’a pu l’acquérir faute de moyens. Il l’a honoré cependant en y situant l’action d’un de ces romans , « La femme de trente ans ».

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s