Vega Sicilia, Vins de Légende 14

Au Bistrot d’Ariane à Lattes (Hérault)

Déguster les vins de la Vega Sicilia ne peut laisser indifférent. Cette expérience est à souhaiter à tout amateur de vins, désireux de savoir ce que « grand vin » veut dire !
En cette matinée ensoleillée de début d’été, l’assemblée était au complet pour découvrir ce véritable « vin de légende », pour certains, c’était la première fois. Ce fut une remarquable série de vins des dénominations Toro et Ribera del Duero, au milieu desquelles s’est glissé un modeste pirate languedocien.
Les bouteilles ont été servies étiquettes apparentes, dans cet ordre (à 11 heures du matin). Mise à part« Pintia« , tous les vins de la Bodega Vega Sicilia et Numanthia ont été carafés 2 heures à l’avance.
Les commentaires ont été rédigés par Simon Vidil, excellent dégustateur et grand oenophile devant l’éternel présent parmi nous. Je le remercie vivement pour son compte-rendu.

Les notations en étoiles sont celles de l’Epicuvin, les notes sur 20 sont de Simon Vidil.

Quinta La Quietud – D.O. Toro  2000 (biodynamie)
Robe  grenat légèrement trouble aux reflets rouge orangés . Nez relativement intense de fruits à l’eau-de-vie, compotés. Pointe animale de cuir, de résine et d’épices. Bouche ample aux tanins enrobés, dotée d’une bonne acidité permettant au vin de rester digeste; fruité, avec des notes de chocolat et de poivre, il finit un peu court sur l’alcool. Assez Bien 13,75/20.

Domaine  des 4 Rodes « Bouquet des cannelles »  – Vin de Pays des Coteaux de Murviel  2006
Ce vin languedocien choisi ici en pirate pour sa composition  100 % de tempranillo vieilles vignes, arbore une robe sombre aux reflets violacés. Le nez est sur le fruit rouge, la cerise, la viande fraîche, le fumet, la vanille. Il manque un peu d’élégance. La bouche est en demi-teinte, sur le poivre, la réglisse avec une finale sucrée. Moyen 11,5/20.

Vega Sicilia « Pintia »- D.O. Toro  2004
Rouge soutenu, reflets violines au disque brillant. Nez fermé de fruits noirs, de tabac. Bouche linéaire dotée d’un bon équilibre avec des tanins puissants mais fins, un beau moelleux. Elle montre des flaveurs de garrigue, de thym, de curry de fruits compotés, finissant sur le kirsch, le chocolat et la vanille des îles. Un vin qui évoque la cuvée Châteauneuf-du-Pape d’Henri Bonneau. Bien 14.75/20

Bodega Numanthia-Termes  « Numanthia » – D.O. Toro 2004
Noir aux reflets noirs. Nez fermé, lacté, fin de petits fruits rouges cuits. Il évolue vers des notes de graphite. La bouche ample est sapide sur les fruits noirs, le chocolat, la vanille et la résine. Linéaire, elle est dominée par des tanins fougueux, une bonne acidité. D’une bonne longueur c’est un vin « droit dans ses bottes », dominé encore par un bel élevage, mais qui est au début de son histoire. Un vin à l’image de l’acteur éponyme Guillermo del Toro ! Bien + 15.75/20.

Bodegas Balbas « Reserva » 1994   –  D.O. Ribera del Duero 1994
Issu de tempranillo (90%) et de cabernet sauvignon (10%), ce vin se dote d’une robe rouge clair, aux reflets évolués et au disque moyennement brillant. Le premier nez est désagréable avec des notes de suie, de poussière. Plus tard, elles laissent place à des arômes plus plaisants de vieux cuir, de torréfaction.  La  bouche de consistance moyenne, aqueuse, arbore des notes de sous-bois, de roses fanées, de fruits et de poivrons compotés, de cendre. La finale sur l’alcool paraît courte. Un vin fatigué, dépassé par son âge. Moyen  12/20.

Pesquera « Tinto reserva »  – D.O. Ribera del Duero   1998
Robe sombre aux reflets évolués. Nez de sel de céleri, pointe acétique puis de cuir neuf, de fruits cuits. À l’agitation, poivron mûr, animal. Bouche souple, tanins fondus, bonne acidité équilibrée sur les fruits rouges compotés, le  cuir évoluant sur un registre épicé, cumin, poivre blanc. Finale sur l’alcool. Belle longueur.  Un vin bien fait dans un style traditionnel. Bien 14.5/20.

Vega Sicilia  « Alion »  – D.O. Ribera del Duero 1997
Robe soutenue aux reflets orangés. Disque brillant. Nez moyennement intense, d’écorce d orange, de fruits rouges à l’eau-de-vie , de viande grillée et de « minéral ». Pointe de poivron amer. Bouche plus intéressante sur le fruit , puis la pivoine, la violette, la vanille mais mal équilibrée par une acidité omniprésente et un corps peu présent. Dommage. Moyen  13/20.

Vega Sicilia « Valbuena »  – D.O. Ribera del Duero   2003
Robe noire aux reflets rouges; disque brillant. Nez intense lacté, caramel puis fruits rouges mûrs, évoluant vers de notes  de viande, de rôti et une pointe saline, iodée (cf. Grange des Pères) Bouche ample, fruitée, garrigue, eucalyptus. Équilibre haut, avec des tanins puissants, pas encore fondus. Très long. Beau vin. Très bien 16,5/20.

Vega Sicilia « Unico » –  D.O. Ribera del Duero 1994
Robe moyennement soutenue aux reflets rouges sans évolution. Nez fin, élégant, de fruits rouges frais, de fumet, puis kirsch, amande, thé, cèdre et vanille. Bouche suave, sans retenue, superbe, envoûtante, sur le fruit, la boîte à tabac, de cuir neuf; l’épice orientale le dispute à  l’eucalyptus. Moelleuse, elle monte en puissance aidée par des tanins fins, distingués. Un vin d’un équilibre sans faille; sans être un monstre de puissance, il prouve qu’un élevage maîtrisé peut faire de grands vins. Au début d’une longue histoire… Noble et superbe. Excellent 18.5/20.

Vega Sicilia « Reserva Especial  » – D.O. Ribera del Duero (assemblage1990-1991-1996, 1500 bouteilles)
Robe extrêmement foncée, reflets rouges. Nez immédiat de chocolat, de Zan et de vanille. Grande intensité sur les fruits noirs (mûres, cassis), le caramel au lait puis la confiture de vieux garçon. Il évolue par strates sur la boîte à cigare, le cèdre, la mine de crayon. Puissance gloire et beauté !  La bouche est envoûtante, avec un équilibre très haut  sur les fruits noirs, le tabac blond, les épices douces (poivre de Séchuan). Sphérique avec des tanins enjôleurs, elle finit sur une pointe discrètement sucrée. Un vin à la fois droit, rectiligne et schizophrénique ! IMPERIAL. Un des meilleurs vins espagnols que j’ai bu jusqu’à présent avec le Pesquera Janus 94 . Excellent + 19/20.

Servis pendant le repas :

Vega Sicilia Oremus « Mandolas » Furmint Tokaj dry 2003
Vin de couleur jaune clair, pale,  aux reflets gris. Nez intense complexe de fleurs blanches, de buis  puis de  poire, fumée, cire  et hydrocarbures. La bouche est grasse, miellée dans un style relativement oxydatif mais restant fraiche et très équilibrée. Belle longueur. C’est pour moi une belle découverte. Il évoque par certains côtés les Sancerre de Cotat.  Bien+ 15/20

Les commentaires ont été rédigés par Simon Vidil le 20/06/09.

Merci à tous,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s