Horizontale 2000, grands vins rouges de France

Au  Bistrot d’Ariane  – Lattes (Hérault)

 

Il était attendu au tournant ! (du siècle). Serait-il à la hauteur du symbole qu’il représentait ? Serait-il un « grand » ?… Oui, on peut dire que le millésime 2000 a honoré nos espérances et tient toujours ses promesses comme le prouve ce joli programme en forme de Tour de France des grands rouges. Onze vins ont été dégustés à l’aveugle, dont un pirate invité dans l’hexagone, aérés à l’avance et servis dans un ordre aléatoire en verre Spiegelhau« expert ».      

Châteauneuf-du-Pape  –  Château La Nerthe Pour commencer la série, c’est une  superbe robe grenat pourpre profonde qui nous ai présentée. Le nez est puissant et enchanteur tant parfums de fruits rouges, de cacao, de cuir, de viande grillée, de havane se pressent dans le verre. L’attaque est ronde, avenante, le vin s’installe sur le palais, serein, harmonieuse, plein d’énergie et de suavité. Rond et généreux, parlant avec l’accent du midi, c’est un Châteauneuf et il est superbe !      Hermitage   –   Michel Chapoutier   « Monier de la Sizeranne«  Un rouge grenat atramentaire ouvre le débat. Le nez explose riche, vanillé, fuité, torréfié… Un régal! La bouche est du même acabit, ronde, onctueuse, parfaitement équilibrée avec sa finale fraîche et ses tannins fins. Bravo!      Chinon – Domaine Baudry « Croix Boissée«  Une robe rubis encore jeune,  un bouquet intense exprimant des notes végétales poivronnées mais aussi des fleurs, du fumé de viande, de chocolat. La bouche est présente, équilibrée d’une facture simple.  D’une bonne extraction, elle est efficace et évoque assez clairement son terroir. Un vin évidemment plus à l’aise à table.     Clos de Vougeot – Nicolas Potel  Grenat assez clair évolué, la présentation est élégante ainsi que son nez intense de cerises noires, de cuir, de sous-bois, de moka et de saveurs de chasses. Rondeur, joli fruité et notes rustiques torréfiées accompagnent le vin au palais, finissant avec une sucrosité curieuse et par une belle longueur.    

 Irpinia IGT (Italie – Campanie) –  Feudi San Gregorio  « Rubrato » Composé du savoureux cépage aglianico, ce joli vin à la robe rouge rubis intense et limpide rappelle au nez les fruits noirs, le cacao, la réglisse et le sous-bois. En bouche, il montre un caractère fortement solaire, mais reste bien équilibré par sa finale fraîche de  fruits frais et des notes balsamiques délicates.      Saint-Julien – Château Léoville-Poyferré Drapé dans une magnifique robe de gala, noire violette, le nectar offre un bouquet serré et riche qui s’ouvre sur des senteurs de viande grillée, puis évolue avec élégance sur des notes de vanille, de fruits noirs, d’arabica, de réglisse douce, de boîte à cigare. Sur la langue, le vin roule, rond, gourmand comme un chat, velouté, fin et long. Un vin « classieux » !      Corbières – Caves Embres & Castelmaure  « N°3 »  Encore un vin superbement expressif, au nez débordant de fruits, de notes animales et empyreumatiques qui précède en bouche un ensemble riche, moyennement corsé, d’une superbe pureté et étayé par une faible acidité. La finale charnue et généreuse tire plus du Rubens que du Renoir !    

 Beaune 1er cru  « Montremenots »– Domaine Mussy Outre sa robe de couleur cerise pâle brillant et son nez métallique de fruits rouge et de peau de volaille grillée, le vin révèle un caractère à la fois moyennement corsé, maigre et avare, tandis que les tannins ne mettent pas la finale sous son meilleur jour. N’eût-il pas mieux valu le boire dans sa jeunesse, sur la fraîcheur du fruit ? Il y a bien des chances!      

Madiran – Château Bouscassé  « vieilles vignes » Très foncé et brillant et sérieux, ce rouge déploie un nez de minéral nuancé de cuir et de cendres. De belles proportions et de structure assez corsée et serrée, il évoque en bouche l’animal, le pruneau cuit, le sous-bois et la terre chaude. Vin de gastronomie locale c’est un rustre au grand cœur.      

Saint-Emilion – Château Armens  Ce vin délicieux (qui constitue de surcroît une bonne affaire), se distingue par une robe d’un pourpre profond, préludant à de généreuses senteurs de cerises noires, de moka, de fumé, de cuir neuf. Moyennement corsé et charnu, il séduit par son équilibre et sa franchise, la belle tenue de ses tannins, sa finale gourmande et joyeuse. Bravo !      

Côtes du Roussillon – Domaine Sarda-Malet  « Terroir Mailloles »  Arborant une robe ombrageuse, le dernier vin de la série séduit par son nez giboyeux de mûres et de sorbet de cassis. Il tapisse littéralement la bouche de ses intenses flaveurs de fruits noirs rôties, de douces burlats, et de « caillasse ». Évoquant un vin du Rhône septentrional par son caractère de cuirs fin, cette merveille veloutée déploie une finale exquise par sa suavité et sa persistance accrocheuse et fruitée

Merci à tous,

Le classement des dégustateurs d’un soir :

  1. La Nerthe
  2. Embres et Castelmaure
  3. Armens
  4. Sarda-Malet

Les Vins du Repas

Minervois   –  Château d’Oupia  « Baron » (magnum)

Listrac  –  Château Fourcas-Hostein  (magnum)

Vin de Table (Rhône) –   Domaine Chabrier  « Grains dorés » 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s