Meursault versus Puligny-Montrachet, le grand match (n°11)

Au Bistrot d’Ariane – Lattes (Hérault)

         Comparer deux des plus grands terroirs de blancs au monde n’est pas un exercice désagréable. Les membres du club ne s’y sont pas trompés et n’ont pas été déçus par cette confrontation amicale et sans enjeu. Sur 4 millésimes de 2007 à 1996, les vins furent à la hauteur, en voici quelques commentaires. Les vins n’ont pas été carafés mais aérés la veille. Servis en verre Spiegelhau « expert », par paire de la même année, dans cet ordre. Dégustés à l’aveugle, ils ont été dévoilés après le passage de chaque binôme. 1999        Meursault 1er cru « les Vireuils »  Château Geanot-Boulanger         Puligny-Montrachet 1er cru  Maison Leroy   Le Meursault ouvre la série arborant une belle robe brillante jaune argent. Ses parfums fruités d’abricots frais, de fruits secs, et sous bois sont agréables tout comme la bouche fraîche et minérale. Le vin évolue séduisant par sa texture veloutée, ses arômes épanouis de fruits et de fleurs, sa jolie finale longue empyreumatique. De teinte jaune or, plus ouvert encore, le Puligny donne de l’expression avec un nez intense de fruits mûrs, de chèvrefeuille, de mousse, de miel. Mais son caractère en bouche le présente peu entreprenant, absent et un peu fermé. Sans être mou, il manque de nerf et semblant fatigué il s’achève sur des notes évoluées et chaudes. 1996        Puligny-Montrachet 1er cru « les Pucelles » Chatron-Trebuchet  Meursault « En casses têtes » Dom. Verget   À Puligny, l’année a donné au domaine Chatron un chardonnay jaune intense. Son bouquet est remarquable, fin, fruité, légèrement grillé et crémeux. En bouche, tout est rondeur et croquant, sans oublier l’acidité suffisante pour donner à ce vin superbe une classe folle et une envie de se resservir. Le Meursault 96 d’un or discret possède un nez imaginatif et subtil. Il dessine en volute de doux parfums d’épices cannelle, de grain de raisin muscat secs, de caramel au lait, de cachou à la violette. La fraîcheur est au rendez-vous en bouche avec un rien d’exotisme, une belle matière assez osée, évanescente. Il tapisse le palais de son caractère grillé et peu évolué, puis s’évanoui doucement comme la sultane par la danse aux sept voiles. 2007        Meursault « Meix Chavaux » Dom. Rémi Jobart-Chabloz   Puligny-Montrachet 1er cru « les Perrières » Etienne Sauzet   Rémi Jobard a pris la relève de son père, au début des années 90, ce qui a grandement amélioré la qualité des vins notamment par la baisse sensible des rendements. Ce 2007 se présente or jaune dans le verre et possède un nez expressif de fleurs blanches, dans le style « jasmin », d’agrumes mûrs avec des délicates notes d’amandes grillées et d’épices. La bouche est dans le même registre, consistante et aromatique, riche, veloutée mais sans déséquilibre. Sa tenue élégante et sa persistance fraîche nous livre au plaisir des sens et ne négligent rien de l’essentiel. Le domaine Sauzet cultive 0,5 ha sur « les perrières », superbe climat situé près des « referts » et des « combettes », qui donne toujours des vins plus ronds et gras. En 2007, le vin s’exprime sur de belles notes florales, fruitées et empyreumatiques de café grillé. La bouche, superbe dès l’attaque, est équilibrée et prend son temps pour se révéler. L’ensemble est tendu, impeccable de rigueur et de délicatesse. La longue finale laisse au palais une douce sensation d’un rêve d’espoir, celui où l’on pourrait goûter ce vin à nouveau dans 20 ans! 2004        Puligny-Montrachet 1er cru « les Folatières » Anne Claude Leflaive   Meursault 1er cru « le Clos des Perrières » Albert Grivault   C’est un secret pour personne, le domaine d’Anne Claude Leflaive offre certaines des plus belles expressions du chardonnay au monde. Ses « Folatières » sont un exemple de retenue et d’élégance. Avec un nez de pêche, de griottes, d’épices et de minéral et une bouche ample et fraîche, le vin présente un caractère absolu de noblesse, mêlant pureté, richesse, finesse avant de faire une longue révérence en finale, nous suggérant de revenir dans quelques années. « Le Clos des Perrières » est une petite parcelle (1 ha) au cœur du 1er cru. Conduit en monopole par le domaine Grivault , il est considéré unanimement comme sa partie optimale pouvant dépasser en qualité bien des grands crus. Le 2004 fait figure de favoris avec sa souplesse, son onctuosité, son élégance. Il nous offre de doux arômes de miel teintés d’abricot, de noisettes fraîches, de beurre et de fruits exotiques… On baisse les yeux pour la finale, car le moment est mémorable. Merci à tous Les vins préférés des dégustateurs:

  • en 1999 : Meursault
  • en 1996 : Puligny
  • en 2007 : Meursault
  • en 2004 : Puligny

Les vins du Repas Puligny-Montrachet 1er cru « les Champs Gains » 2006  de Stephan Maroslavac-Tremeau Meursault 1er cru « Genévrières » 2000 de Michel Bouzereau

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s