« La Porte du Ciel » du Château de La Négly… Contre le reste du monde !

2001 – 2000 – 1998

Au Bistrot d’Ariane à Lattes (Hérault)

Situé sur les calcaires du massif de la Clape, le Château de la Négly fait figure de modèle dans l’évolution fulgurante de la qualité des vins du Languedoc. Jadis destiné à alimenter les cuves des camions de négociants, le Château de la Négly, sous l’impulsion de Jean Rosset et de son équipe, produit maintenant plusieurs cuvées qui de la plus simple (la Côte) à la plus sophistiquée (le Clos des truffiers) forcent l’admiration des amateurs oenophiles, en France et ailleurs.

La cuvée d’exception « La Porte du Ciel » est peut-être celle qui cumule le plus d’attention et de rigueur actuellement sur le vignoble languedocien. Rendement très faible, trie extrêmement rigoureux, vinification soignée au maximum et élevage luxueux, font de cette concentration de syrah un vin d’une puissance et d’un équilibre monumental. Ce soir, l’envie de déguster était forte, ce sont cinq millésimes de « La Porte du Ciel » du Château de la Négly que nous avons pu comparer.

Lors de la dégustation, les vins ont tous été dégustés à l’aveugle, en verre Speigelau Authentis n°1, le chiffre entre parenthèse indique l’ordre de passage du vin.

2001

« La Porte du Ciel » Château de la Négly Coteaux du Languedoc (7)
La robe foncée, profonde encore violine impose le respect. Le bouquet s’ouvre sur une myriade de parfums classiques des grandes syrah tels que violette, myrtilles, poivre de Sichuan truffes, cacao… La bouche ne déçoit pas ronde, intense, veloutée gardant fraîcheur, fruits et belle longueur.

« Champin le Seigneur » Domaine Jean-Michel Gérin Côte-Rôtie (8)
Surprenante cette couleur cerise d’intensité plutôt faible en comparaison des vins obscurs goûtés jusqu’alors. Le nez développe des parfums classiques de fruits mûrs, de cuir, de torréfaction, mais la bouche fait la différence par une netteté et une élégance remarquables. Savoureux et long, il finit sur des notes de sous-bois et fleur épanouies. Son optimum est loin d’être atteint

« Idus » Céller Vall Llach Priorat (Espagne) (3)
Superbe présentation de couleur foncée à tendance pourpre bleu, un bouquet intense, foral à ces débuts évoluant vers un beau boisé vanillé, les fruits rouges rôtis, la viande grillée, une bouche pleine et ronde savoureuse aux tanins fondus, une finale longue et sereine… Voilà un beau vin comme les catalans du Priorat ont le secret.

2000

« La Porte du Ciel » Château de la Négly Coteaux du Languedoc (4)
Robe impeccable rubis pourpre, nez intense, complexe et riche aux caractères entreprenants et complexes de fruits de poivre, de cacao, de cuir neuf, bouche ronde, très empyreumatique, souffrant d’un léger manque de netteté mais ronde, équilibrée et longue, c’est un vin majestueux en devenir.

« Pla del Rei  » Domaine de Casenove Côtes du Roussilllon (5)
Très opaque à son visuel, cette syrah pure de Catalogne française est une bombe à retardement. Son nez animal et grillé lui donne une allure un peu rustique à ce jour mais la bouche équilibrée, épicée et mentholée laisse imaginer que le nectar va s’affiner et se civiliser dans les années à venir.

« Quinta dos Napoles  » Niepoort Douro (Portugal) (1)
Grenat foncé dans le verre, le bouquet est intense, d’une grande netteté, aux notes de fruits noirs grillés et souligné par le moka et l’épice. La bouche à l’attaque ronde exprime son fruit et son boisé empyreumatique. Élégant, frais, remarquablement équilibré, c’est un vin délicieux qui finit doucement et longuement.

1998

« La Porte du Ciel » Château de la Négly Coteaux du Languedoc (9)
Son bouquet épate par sa fraîcheur et sa complexité culinaires. Sa bouche déploie des milliers d’arômes et de saveurs qui rendent le nectar envoûtant, l’ensemble est fondu, équilibré et élégant. Voilà un vin puissant, concentré, intense qui n’en fait pas trop… La grande classe.

« Croix des Bois » Chapoutier Châteauneuf-du-Pape  (2)
La belle robe cerise fondue, bordée d’orange indique une évolution certaine. Le nez présente une grande complexité hésitant entre fruits rouges mûrs, cacao, orange confite, pruneau et réglisse. Belle rondeur en bouche, riche, capiteuse, chaude, à laisser en cave.

« Coleraine » Te Mata Hawkes Bay (Nouvelle-Zélande) (6)
Marqué par son boisé, le vin manque de finesse malgré les senteurs de griottes et d’épices qui pointent le bout de leur nez ! En revanche, la bouche déploie une texture soyeuse et puissante, richement décorée et souple, c’est élégant, un peu trop !

———————

« La Porte du Ciel »1999 Château de la Négly Coteaux du Languedoc (repas)
L’original de la série par ses notes balsamiques marquées et son fruit frais et gourmand.

« La Porte du Ciel »2002 Château de la Négly Coteaux du Languedoc (repas)
Un superbe nectar puissant, savoureux et sexy

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s