2003, un millésime hors normes

 10 ans déjà !…

2003/1 Valmagne Le millésime 2003 fut extraordinaire au sens propre du terme. La canicule qui sévit sur l’Europe eut des conséquences sur la végétation, provoquant, en plus d’effet de sécheresse, pas mal de stress sur certains vignobles et nombreux vignerons.  La présence durable de l’anticyclone a aidé aux maturités maximales des baies, donnant des vins « énormes », parfois trop !
Les vins ont été bus à l’aveugle, ordre de passage choisi par tirage au sort

Côtes du Roussillon-villages, Clot de l’Oum « la compagnie des papillons »        ***
La canicule sévit quasiment chaque année en Roussillon. Les cépages d’appellation sont adaptés, comme le grenache ou le carignan qui composent cette cuvée produite sur un terroir d’altitude. Résultat : un vin grenat très foncé, aux jambes épaisses (comme souvent en Roussillon). Le nez est puissant au fruité mûr exubérant d’olive, de poivre et d’eau-de-vie. La bouche est riche, très ronde, cacaotée, gourmande, élégante malgré tout, finissant sur des tannins encore solides et francs.

Chine / Huailai, Dragon Seal « syrah/cabernet »     **
Rapporté directement de l’empire du milieu, ce vin a fait figure de « pirate » au milieu des vins de l’hexagone. Grenat tuilé, brillant, il offre un nez intense, débordant de cerises noires, terreau, sauce à la viande et notes de menthol. L’attaque est sphérique, suit une évolution étonnamment souple, voire légère qui tourne au déséquilibre finissant sur une sucrosité jugée excessive. Pourtant produit par la maison française des Cognac Camus, ce nectar aura du mal à séduire un palais (pas impérial) d’amateur gaulois !

Bandol, Domaine la Tour du Bon          ***
Superbement situé à l’intérieur des terres de la zone d’AOC, ce Bandol présente une robe intense peu évoluée. Si le nez est peu expressif, on découvre les notes méditerranéennes d’épices douces, de Zan, de fruits noirs… La bouche ronde a souhait, est à son avantage, elle reste fraîche, élégante, puissante de surcroît et donne l’impression d’une belle jeunesse.

Fitou, Domaine Bertrand Bergé « cuvée Sirven »       ****(*)
La robe noire impressionne ainsi que le nez qui présente un fantastique choix de parfums aussi élégants que naturels: cerises noires, cacao, cuir, tabac, champignons frais… Le ravissement perdure dès l’attaque ronde, d’une puissance à peine contenue, le reste n’est qu’équilibre, harmonie des arômes, toucher velouté des tannins. On ne tendra pas rigueur à la finale sur la liqueur, introduite dans un crescendo de saveurs et de persistance superbe.

Saint Julien, Château Lagrange      ****
La belle robe opaque est présage d’un vin hors catégorie. Le bouquet  ajoute à l’espoir par son intensité et sa précision aromatique autour des notes de groseilles, de réglisse, de minéral, d’épices et Havane. Une rondeur harmonieuse se présente au palais, le vin est riche, d’une belle extraction, équilibré et fin et si le profil reste austère, il n’en est pas moins long et net… Un vin « mystérieux »

Côtes du Rhône, Château des Tours « réserve »       ***
Sa robe moyennement corsée est accompagnée d’un fruité intense et délicieux, de cerises, de fraises écrasées, d’écorce d’agrumes, de poivre, de gras de jambon. La bouche souple, moyennement riche manque d’un peu de profondeur et d’ampleur pour gagner le niveau de « vin magnifique ». Qu’importe le plaisir est là, simple, un vin « décontracté »!

Coteaux du Languedoc, Abbaye de Valmagne « Cardinal de Bonzi »     ***(*)
En janvier 2010, nous avions été enchanté par cette bouteille. Bonne nouvelle, le charme perdure par sa  robe grenat, brillante, son joli nez frais de cassis, de réglisse à la violette et de menthol. Dans le registre de la finesse, la bouche est droite, nette et bien équilibrée, et parvient à voiler une richesse alcoolique à peine perceptible. Bravo pour l’agréable finale garrigue mentholée.

Nuits-Saint-Georges 1er cru, Domaine Georges Chicotot « les St-Georges »      ***(*) / **
Désarroi, c’est le sentiment perçu par les dégustateurs qui, selon leur profil, aiment ou détestent! La robe tuilée foncée s’accompagne d’un nez très intense de fruits noirs écrasés, de sous bois, de lard grillé… Certains diront « caricatural ». La bouche est du même acabit:  puissante ou « pachydermique », aromatique ou tapageuse, veloutée ou racoleuse, chaude ou alcooleuse. Sous le soleil brûlant d’été, la Bourgogne est divisée.

Premières Côtes de Francs, Château Le Puy       **(*) 
D’une présentation parfaite, le vin offre un bouquet remarquable de fraîcheur et de finesse par des parfums de fruits rouges, de végétal et de terre. Sérieuse, la bouche attaque dans le même style, réservée, équilibrée, droite, mais un peu simple…

Les préférés des dégustateurs :
Fitou – Côtes du R. – Valmagne – Bandol

Merci à tous,
Daniel Roche

2003/3 Valmagne

2003/2 Valmagne

Photos de Marc Touchat

À « l’Auberge de frère Nonenque », de l’Abbaye de Valmagne à Villeveyrac (Hérault)

 Barème des notes : – vin défaillant, * vin moyen, décevant, ** bon vin, correct, *** très bon vin, **** vin excellent, de haut niveau, ***** vin exceptionnel, magnifique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s