Grands liquoreux et foie gras

 

Au Bistrot d’Ariane à Lattes (Hérault)

Petit Jésus merci, Noël existe et avec lui la meilleure des autorisations à ce faire plaisir avec les grands liquoreux pour accompagner le foie gras. Deux soirées on eut lieu et ce fut une véritable communion des saveurs, un festival de parfums, de goût et de mariage convenant ! Les bouteilles ont été goûtées une seule fois hormis celles suivies d’un astérisque * qui ont été servies pendant les deux soirées.

Loire Vouvray moelleux Domaine Huet “le mont” 1997 
Sur les hauteur de Vouvray Noël Pinguet, digne successeur de Gaston Huet, vinifie des vins superbes et d’une pureté exceptionnelle. Ce moelleux 1997, d’une belle couleur jaune paille, révèle des senteurs élégantes de miel mêlées de fleurs blanches et de poires au sirop. La bouche est fabuleusement ronde, douce et d’une fraîcheur lumineuse. Elle déploie des notes de fruits confits et de coing en compote. Par son équilibre et sa longueur, c’est un vin qui satisfait l’ensemble des amateurs de vin, amoureux de liquoreux ou non, passionnément, à la folie…

Alsace Gewurztraminer V.T. Fronholz Domaine Ostertag 1997 
André Ostertag est l’artiste de la vigne, le poète du cep et les produits qu’il fait naître des entrailles du sol lui sont ses enfants fidèles. En témoigne ce gewurztraminer au nez de pivoine, d’eau de rose, de litchis et de gelée royale. En bouche, c’est un ensemble fantastique, évoquant les raisins confits, les épices douces, l’herbe fraîche et la réglisse de notre enfance. Très harmonieux, il est suave sans être corsé, riche, frais et parfaitement équilibré.

Alsace Pinot Gris V.T. Muenselberg Domaine Ostertag 1997 
De par sa lumineuse couleur jaune pâle, le Pinot gris Muenselberg dégage un nez de pêche blanche et d’ananas et régale le dégustateur de ses puissants arômes de fleurs épanouies, de fruits confits et de minéralité. Moyennement puissant, il se révèle d’un charme fou, pur, bien équilibré, velouté et gras. Il est long et fini harmonieusement sur de fines notes de miel.

Loire Quart de chaume Domaine Baumard 1990 
Vinificateur de grands talents, Florent Baumard élabore sans tapages, des blancs secs et liquoreux d’une complexité et d’une qualité extraordinaire. Ce 1990, déniché récemment chez un caviste d’Orléans ce révèle tout simplement époustouflant et n’a pas pris une ride. Il arbore une couleur jaune soutenue au reflets or brillants. Son nez, somptueux, libère une myriade de parfums variant des notes de fleurs d’acacia, de pamplemousse au miel, de papaye, d’abricots secs et de citrons confits. La bouche est riche, puissante, énorme, fantastique et présente cependant un équilibre serein et élégantissime. La beauté de la chose nous fait penser que ce nectar peut régaler ses heureux possesseurs pendant encore plusieurs décennies

Italie Sicile Passito de Pantelleria “Ben Ryé” Donnafugata 1999
La maison sicilienne Donnafugata gagne vraiment à être connue, car tous les vins qu’elle propose sont d’une exceptionnelle qualité. Son Passito de Pantelleria, issu du raisin Zibibbo, cousin de notre muscat petits grains surpasse par sa dimension et sa puissance tous les vins liquoreux de l’île et peut être de l’Italie entière (avec le vin santo toscan d’Avignonesi). Celui ci se présente avec une couleur jaune doré soutenu et dense. il se distingue par une explosion de parfums terriblement agréables de fruits confits, de loukoums, de rose. Massif et gras en bouche il est engendre une série de saveurs de fruits exotiques de confiserie et d’arômes de pâte à brioche. assez corsé, sa longueur est remarquable et dépasse largement la dizaine de secondes.

Hongrie Tokajy de Hongrie (5p) Royal Company 1995 
Depuis la chute de l’URSS, le vignoble du nord de la Hongrie renaît de ces cendres et les “Tokajy Aszù” n’ont jamais été aussi intéressant. La Royal Company est un domaine dirigé par les responsables du grand Vega Sicilia en Ribera del Duero (le Pétrus espagnol). Les efforts et les frais entrepris ont rapidement démontrés le potentiel ÉNORME de ce terroir merveilleux, réputé depuis le XVIIème siècle. Le 1995 de 5 puttonyos, évoque par sa couleur le fond des belles casseroles en cuivre, doré, brillant et mystérieux. Il développe un nez génial fait de senteurs intenses d’abricots confits, de crème brûlée, de caramel, de tabac de pipe. En bouche c’est un seigneur, massif rond, puissant il exprime par paliers le fruité extraordinaire et très mûr du botrytis. En fin, sa longueur impose le respect.

klein-constantia

Afrique du Sud “Vin de Constance” Klein Constantia 1994
Rare, dans sa bouteille aux formes anciennes, le “Vin de Constance” est un vin mythique, autrefois le plus célèbre du monde, qui revit depuis les années 80 . Recherché désespérement par le amateurs, il évoque le monde des grands liquoreux, noble et raffiné comme la société anglaise au temps de la Reine Victoria. Le 1994 disponible depuis peu, se présente par une robe intensément doré, épaisse et brillante. Son bouquet s’ouvre doucement sur des notes de pain brioché, de pignons, de cerises confites, de tarte tatin. On pourrait imaginer que la bouche soit lourde; erreur, elle est massive, intense à l’attaque mais évolue avec élégance et richesse jusqu’à sa fin de bouche interminable.

Canada Niagara Peninsula “Ice Wine” Château des Charmes 1998
Qui aurait cru que le vignoble de la péninsule du Niagara est situé sur la même latitude que… Montpellier? En hiver la température peut descendre allègrement jusqu’à -40°, en revanche, en été, elle est souvent fort agréable, ce qui favorise les bonnes maturités de fruits. Dans ces régions, le vin de glace est un institution produit à base de riesling ou comme ici à base de vidal, les raisins sont ramassés totalement gelés à une température de -13°et pressés illico pour n’extraire seulement que les sucs et les parfums. La fermentation s’arrête d’elle même à environ 8/10° d’alcool, ce qui donne un vin toujours très sucré. Le “Ice wine” du Château des Charmes est d’une superbe robe jaune paille brillante aux reflets argent. Il révèle un nez exubérant, aux parfums de litchis, de nectar de mangue et d’amandes fraîches. En bouche, son extraordinaire équilibre entre sa forte sucrosité et son acidité marqué, en fait un vin hors catégorie toujours surprenant pour le dégustateur, sans compter sa longueur interminable.

Languedoc Muscat “passerillé” Domaine Lacoste 1996
Le Muscat “passerillé” de Francis Lacoste devient une must incontournable sur la table des dégustateurs de l’Épicuvin, tant il est apprécié. Sa couleur est jaune-or soutenu, son nez puissant exhale des senteurs raffinées de menthol, de raisins confits, de citrus. Mais c’est la bouche somptueuse aux arômes de pain d’épices , d’écorce d’orange, de verveine qui en fait un vin intensément original et délicieux.

Languedoc Viognier “l’oublié” Vin de Table Château Capitoul 1998
Environ 1 hectare de viognier sont “oubliés”après les vendanges à Capitoul, sur le massif de la Clape près de Gruissan dans l’Aude. Ramassé en tries successives en octobre puis élevé 3 ans en barriques neuves, il devient un vin phénoménal (malgré son appellation bien peu reluisante!). Brillant ce viognier à la couleur jaune-or soutenu, développe dans le verre des notes complexes de fruits confits, de brioche aux raisins, de café grillé, de nectar d’abricot, de fruits secs et de miel. La bouche elle aussi exceptionnelle en fait un vin de grand amateur par sa puissance et son équilibre même si la finale réchauffe un peu le palais.

Languedoc Passidore “exception” Domaine Belles Pierres 1997
Avec Damien Coste et quelques autres, le Languedoc peut se vanter de posséder des vignerons passés maîtres dans l’élaboration de vins liquoreux. Sa cuvée “exception”, élaboré avec le cépage petit manseng se révèle effectivement une cuvée d’exception. Couleur superbe, nez sur-puissant . Massif et ample, bondamment doté, mielleux, il déploie un fruité généreux. Il est également très épicé et ne manque ni d’acidité, ni de gras, ni d’élégance, ni de persistance. Promu à un bel avenir c’est un nectar qui sera it intéressant de garder quelques années pour le re-goûter dans 10 à 15 ans

Bordelais Sainte Croix du Mont “réserve” Château La Rame 1996 
Le classicisme du Château la Rame en fait un vin uniformément apprécié. Ici, il arbore une robe jaune moyennement soutenu très brillante. Son nez déploie de manière spectaculaire des arômes richement extrait de fumé, de fleurs d’acacia, d’écorce d’orange et d’ananas rôtis. Rond et d’un bel équilibre, il présente une bouche moyennement corsée, élégante et crémeuse qui finit lentement sur des notes de fruits confits et d’angélique.

Bordelais Montbazillac Château Treuil de Nailhac 1959
Pour chacune des soirées, un vieux liquoreux a été proposé à la dégustation. Le Montbazillac 1959 s’en est plutôt bien sorti avec sa robe doré soutenu, toujours lumineuse. Son nez encore intense développant des notes de pâtes de coing, de kaki pour certains, de caramel et de tabac blond pour d’autres. La bouche s’est révélée peu corsée, mais bien construite et élégante. L’ensemble est resté charmeur et très intéressant pour l’assemblée, au regard d’un terroir de seconde zone mais sous le soleil d’un des meilleurs millésimes du XXeme siècle.

Bordelais Sauternes Grand Cru Château Filhot 1955
Le grand cru de Sauternes, fier de ces 46 ans a paru lui beaucoup plus fatigué. Même si la robe est envoûtante par son or-cuivré profond, même si le nez reste séduisant et intense par ses notes de fruits confits, de champignons de couche, de chocolat blancs de vieux havanes, la bouche est apparue maigre, sans consistance, et peu aromatique, finissant uniquement sur l’alcool. Ce vin merveilleux dans sa jeunesse aurai du être bu bien avant son vingtième anniversaire. Dommage!

Bordelais Sauternes 1er Grand Cru Classé Château d’Yquem 1994
On ne pouvait pas clôturer ces soirées liquoreuses sans finir avec “le plus grand”, “le favori des milliardaires”, “le seigneur des seigneurs”, le vin d’Yquem. Choisi délibèrement dans sa phase de jeunesse, il a encore une fois surpris et satisfait tous les amateurs présents. Il faut dire que ce 1994 est une merveilleuse réussite. Si sa couleur est encore d’un jaune paille brillant, le bouquet qui sort du verre est un modèle du genre; fin, puissant, floral, rôti, boisé, élégant, exotique, baroque… tous les qualificatifs de plaisir lui conviennent. En bouche il se déroule tel un tapis de cirque sur lequel évolue, acrobates, fauves, magiciens et danseuses en tutu.

Merci pour tout ce plaisir et cette pluie d’étoiles….

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s