Grand vins blancs de France, millésime 2000

Au Mazerand Lattes (Hérault)

L’année 2000 fut globalement réussie sur l’ensemble du vignoble français, le premier millésime du siècle était attendu, il n’a pas déçu les amateurs. Aujourd’hui, la majorité des vins se goûtent assez bien. Les 10 vins de la dégustation ont été carafés 1 à 2 heures avant selon l’ordre du service et servis à l’aveugle en verre Speigelau Expert.

Châteauneuf du Pape – Domaine Raymond Usseglio Le vin d’aspect pâle brillant dégage en premier nez de puissantes notes minérales puis évolue ver les senteurs plus élégantes de chèvrefeuille, de poire, de citrons verts. La bouche est remarquable par son équilibre son attaque ronde et sa fraîcheur constante. Un vin très appétant. Vin de Pays de l’Hérault – Mas Daumas Gassac La couleur est jaune soutenue aux reflets d’or. Le nez expose avec intensité toute sa complexité aromatique sur le registre fruité (coing, pèche), floral, empyreumatique, mélique. La bouche est remarquable de rondeur, de matière gourmande, d’élégance et de vie. Voilà un vin riche et long qui partage cependant les avis car certains l’ont trouvé un peu lourd et fermé en bouche. Vin de Pays des Côtes Catalanes – Domaine Vial-Magnières « Armenn«  Brillant et couleur jaune-vert sont les éléments qui distinguent ce vin d’allure jeune. Le bouquet grillé et épicé évoque aussi des notes de fleurs et de cerise blanche. La bouche est élégante, fraîche, minérale, originale et dynamique. Hermitage – Delas « Marquise de la Tourette«  Jaune doré et fin, nez puissant marqué par les fruits secs, le miel, la mangue mûre, l’angélique… le vin séduit à prime abord. Mais, la bouche attaque par beaucoup de gras et de rondeur qui perdurent et finissent par peser, l’alcool domine, les arômes de pâtisseries étreignent le palais, l’équilibre n’est pas au rendez-vous.

Limoux Sieur d’Arques – Toques et Clochers « Terroir méditerranéen«  Présentation impeccable jaune-vert-argent pour ce blanc au nez de fruits confits, d’épices, de fleurs blanches, fin, précis mais encore distant. La bouche est élégante, parfaite sur la balance des saveurs, offrant beaucoup d’ampleur au fur et à mesure de sa présence. Encore fermé mais admirable, ce chardonnay se compare à un bijou dans sa boîte et l’on peut sans conteste lui donner un potentiel de 10 à 15 ans. Bravo ce Limoux a séduit tout le monde, c’est aussi le prix d’achat le plus attrayant de toute la série… Epatant ! Chablis Grand Cru – William Fèvre « Bougros » (?) « …Réduit, austère, fermé, iodé, sale, croûte de fromage… » Voilà les termes qui fusaient lors de la dégustation. En effet, le nez présentait un aspect vraiment désagréable, tandis que la bouche tendue, minérale et longue laisse espérer une évolution favorable pour ce Grand Cru ici dans une phase des plus ingrates. Puligny-Montrachet 1er Cru – Domaine Chatron-Trébuchet « Clos de la Pucelle«  Le nez est superbe, quels beaux parfums de fleurs blanches, de lime, de pollen, de pierre à fusil! La bouche est parfaite, droite élégante, pourvue d’une belle matière, longue. Certains ont trouvé ce vin « solaire » et peu typique, mais « c’est bon quand même » ! Pessac-Léognan – Château Carbonnieux Le classique bordelais est dans le verre avec ses notes d’élevage, de fruits mûrs, sa bouche ronde, équilibrée, fruitée, avenante… Rien qui dépasse ! Pouilly Fumé – Didier Daguenau « Pur Sang«  Reconnaissable immédiatement pour qui a déjà dégusté les vins de Didier Daguenau, ce pur sauvignon exprime sa typicité variétale de cassis, de buis et sa nervosité mordante. Encore jeune, il est fougueux tel un pur-sang et laisse personne indifférent. Alsace – Domaine Zind Humbrecht Gewurztraminer « Clos Windsbuhl«  Jaune doré soutenu, le vin d’une belle viscosité se pose en panier de fruits et en bouquet de fleur, le tout est divinement souligné par une élégante minéralité. La bouche est ronde, légèrement sucrée et longue, sans lourdeur aucune. C’est élégant, coloré, fin, comme un tableau de Cezanne. Le classement des dégustateurs :

  • 1° Sieur d’Arques
  • 2° Daguenau
  • 3° ex Zind-Humbrecht / Carbonnieux / Chatron-Trébuchet / Vial Magnères

Le repas : Maçon quintaine – Domaine de la Bongran « cuvée tradition » Le Macon de Jean Thévenet est toujours aussi gourmand, puissant et beau: le rapport qualité prix est fantastique. Coteaux du Languedoc – Ermitage du Pic St Loup « Cuvée Sainte Agnès » Riche, parfumé, un peu lourd, il était très agréable dans sa prime jeunesse. Crozes Hermitage – Paul Jaboulet Aîné « Domaine Raymond Roure » Puissance, rondeur, équilibre et arômes de fruits blancs, un vrai régal. Jurançon – Clos Uroulat  Toujours parfait, le Jurançon de Charles Hours ce goûte admirablement à tous les stades de sa vie. Celui-ci fut parfait avec le dessert de crème brûlée et abricots rôtis. Merci à Tous Daniel Roche

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s