Sauvignon, un grand cépage blanc

Au restaurant « Le Verdi » à Montpellier

Mondialement cultivé, le sauvignon s’est d’abord distingué comme le cépage blanc de la vallée de la Loire et du Bordelais. À l’origine de grands vins liquoreux ou de vins blancs secs très parfumés, il s’est ensuite répandu dans les autres régions viticoles séduites par son caractère reconnaissable entre tous. Les bouteilles présentées ci-dessous ont été dégustées à l’aveugle, dans cet ordre et à deux reprises (sauf les vins de Nouvelle-Zélande).

 

Afrique du Sud – Mulderbosch “sauvignon blanc” Stellenbosch 2001 
Pour pouvoir s’exprimer en qualité, le vignoble de la région de Stellenbosch doit profiter des effets de la brise marine pour atténuer les rayons ardents du soleil. Provenant de vignes plantées souvent en altitude (jusqu’à 600 m), les vins blancs de sauvignon sont particulièrement réussis. Pour preuve, le plus jeune des vins de la série nous a régalé par sa simple fraîcheur et sa sa netteté aromatique. La couleur en est très pâle et brille de reflets verts. Intense au nez, il présente les parfums caractéristiques du cépage autour des notes d’agrumes, de fleurs blanches et de bourgeons de cassis. La bouche est soutenue, très fraîche, soulignée par une pointe de CO2, la finale reste agréablement fruitée et élégante.

France – Domaine de Gournier “les vieilles vignes” Vin de Pays des Cévennes 2000
La couleur est franchement soutenue et étonne par ses reflets or-cuivre. Généreux par son bouquet, ce sont des notes de fruits blancs cuits puis de noisettes et de confiture de rhubarbe qui évoluent au dessus du verre. Très rond en bouche ce sauvignon agréable, à l’équilibre relatif, c’est à dire un peu lourd, est à boire sans cérémonie au cours d’un repas de poisson en sauce.

Autriche – Tement “sauvignon blanc” Südsteiermark 2000 
Peu connu des amateurs, le vignoble d’autrichien présente pourtant de nombreuses variantes intéressantes. C’est an sud, dans la région de Styrie, prés de la frontière slovéne que Manfred Tement cultive ses blancs de chardonnay (appelé ici morillon), muscat, pinot blanc… Ce vigneron peu ordinaire produit des vins capables de rivaliser avec les plus grands. Nous goûtons ici son sauvignon blanc de début de gamme qui exprime avec netteté les notes de buis, de cassis, de citron vert et de fleurs de lierre. La bouche est remarquable de fraîcheur, de matière et d’élégance, marquée par une finale minérale et végétale.

Nouvelle Zélande – Te Mata – Cape Crest “sauvignon blanc” Hawke’Bay (deg 04/04) 2000 
Un panneau portant l’inscription “Bienvenue au soleil de Hawke’s Bay” accueille les visiteurs à l’aéroport et Dieu sait que ce n’est pas une métaphore, car il est bien difficile d’éviter les coups de soleil dans cet endroit très privilégié de l’île du nord. Le prestigieux et très ancien domaine Te Mata (les vignes ont été planté en en 1892) nous propose ici sa grande cuvée de sauvignon au nez intense de fruits jaunes, de pamplemousse rose, et autres fruits exotiques. L’équilibre, l’amplitude, les notes toastées et crémeuses en bouche rendent ce vin remarquablement agréable et délicieux dans l’immédiat.

Nouvelle Zélande – Cloudy Bay “sauvignon blanc” Malborough valley (deg 28/03) 1999
Le fameux cru de la vallée de malborough exhale un nez de fumé, de fleurs et de citrons confits qui jaillit littéralement du verre. Moyennement corsé, frais et tonique il présente également de savoureux arômes de fruits blancs, de poires en particulier et de raisins mûrs. L’équilibre est serein et la finale longue. Encore une fois, Cloudy Bay est présent au rendez-vous.

France – Château Couhins-Lurton Pessac Léognan 1999 
Couhins-Lurton est, à ma connaissance, un des rares crus de Bordeaux à utiliser uniquement le sauvignon banc. Son caractère s’affirme avec sa belle couleur jaune pale à reflets blancs et verts avant de le confirmer par son bouquet complexe et élégant. Richement doté de notes empyreumatiques et fruités, on y décèle le chèvrefeuille, les agrumes confits, le pain grillé puis, plus délicatement encore, des senteurs d’épices, de vanille, d’anis et de fleur de tilleul. Gras et ample dans son développement en bouche, d’une finale joyeuse et bourgeoise, ce superbe Pessac-Léognan fera l’honneur de votre table pour accompagner les volailles et les poissons les plus fins.

France – Domaine Marionnet “M” Touraine 2000
Très timide au nez, le“M” de Marionnet présente cependant de fins parfums de pèche, de fleurs blanches et d’herbes fraîches. Magnifiquement équilibré, il manifeste en bouche une précision impeccable et développe en paliers successifs, d’élégants parfums de fleurs épanouies, de sous-bois et de silex. Les précédents millésimes de “M” ont démontré son aptitude au vieillissement, ce 2000 ne sera pas en reste.

France – Didier Dagueneau “silex” Pouilly Fumé 2000

Didier Dagueneau s’impose sans conteste comme le meilleur producteur de l’appellation. Certains, dont je fais partie, le considère comme un cultivateur et un vinificateur génial. Doué d’une intuition généralement gagnante et d’un sens de l’humour appuyé, il occupe une dizaine hectare sur la commune de Saint Andelain, tous plantés en sauvignon. Sur les quatre cuvées de Pouilly, “Silex” place sa qualité en très haut de gamme pour un prix qui reste abordable, la difficulté étant de trouver les bouteilles.Silex 2000 se présente sous une couleur jaune paille soutenu très brillante. Comme à son habitude le nez est explosif tout en restant droit et profond. Il déborde de parfums de fruits mûrs, de pistaches grillées, d’épices orientales. La bouche est énorme, pulpeuse, et se distingue par ses arômes profonds de pollen, d’orange confite et de pierre à fusil. La finale est superbement longue, le souvenir reste longtemps de ce vin qui doit d’ici quelques années s’ouvrir encore davantage.

France – Domaine Alphonse Mellot “génération XIX” Sancerre 1998
Déjà dégustée durant la soirée consacrée aux Sancerre en novembre 2001, cette cuvée “génération XIX” consacre l’arrivée d’Alphonse Mellot Junior, dix-neuvième descendant de la génération Mellot, vigneron à Sancerre. Elle est en tout point extraordinaire et évoque les grands crus de Bourgogne par son caractère savoureux, son gras et son ampleur. On se régale de son bouquet intense et subtil de pêche blanche, de noisettes grillées, de verveine, de jus de viandes. La bouche moyennement corsée présente ses arômes en notes discrètes successives de fleurs sauvages, de miel, de chocolat blanc, de brioche dorée et de thé vert. La fraîcheur de la finale, sa minéralité et sa longueur en fleurs de printemps en font un vin de haut niveau qui gardera sa superbe de nombreuses années encore.

Merci à tous, vignerons, personnels des restaurants accueillants, dégustateurs assidus.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s